-- -- -- / -- -- --
Nationale

Vers une réforme profonde du secteur de l’énergie

Vers une réforme profonde du secteur de l’énergie


Une démarche de réforme profonde est déjà mise en branle dans le secteur de l’Energie. Dans ce sens, une feuille de route est en cours d’élaboration dans le cadre de la relance économique du pays, dont l’une des priorités sera l’accélération de la mise en œuvre des textes d’application de la Loi sur les hydrocarbures.

C’est ce qu’a affirmé jeudi  le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, précisant que cette tâche a été confiée à un groupe de travail, piloté par les représentants de son département ministériel, ainsi que des représentants de chaque organisme et entreprise relevant du secteur de l’Energie.

Lors d’une réunion présidée par le premier responsable du secteur, en présence d’autres cadres et du ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Chems Eddine Chitour, M. Attar a fait savoir que cette feuille de route sera soumise au Gouvernement et comprendra des actions avec des délais précis. Un compte rendu mensuel de mise en œuvre sera, dans ce sillage, établi et transmis au Gouvernement. Elle consiste également à finaliser les textes d’application de la Loi sur les hydrocarbures.

« Sonatrach ne peut plus supporter à elle seule le poids en matière de développement, elle a besoin de partenariats. La loi de 2019 doit être mise en œuvre le plus tôt possible », a estimé le ministre.
Aussi, Il s’agit de la relance, explique-t-il, des travaux d’exploration, du développement des gisements découverts, de la valorisation des ressources en termes de taux de récupération et du recentrage des activités de Sonatrach sur ses métiers de base.

Dans cette logique, la Société de production et de distribution de l’électricité et du gaz, Sonelgaz devra également externaliser plusieurs de ses activités, ajoute M. Attar.

De plus, cette feuille de route prendra en considération les politiques d’intégration nationale et la numérisation.
Si le premier responsable du secteur avait écarté récemment une éventuelle augmentation de la facture d’électricité et du gaz pour les « petits consommateurs », ce dernier évoque la possibilité d’une nouvelle politique tarifaire énergétique destinée aux grands consommateurs uniquement. Il a, dans ce contexte, souligné la priorité de poursuivre le raccordement électrique au profit de tout ce qui est créateur d’emploi et de richesse.

« Cette feuille de route aura également à intégrer la restructuration du programme de développement de l’énergie pour donner une place plus conséquente à l’énergie renouvelable », renchérit le ministre.

Il est question en outre de trouver un modèle de partenariat avec le ministère des Ressources en Eau dans le cadre des projets de dessalement.

Pour sa part, le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, M. Chitour a souligné une nécessité apparente de « moraliser » la consommation en matière d’énergie dans le cadre de la transition énergétique.

« Nous gaspillons énormément, c’est la responsabilité de tous les départements ministériels et la responsabilité de la société », a-t-il estimé, notant la nécessité d’un travail pédagogique dans ce sens.
Selon M. Chitour, « il ne s’agit pas de rationner mais de rationnaliser la consommation d’énergie pour lutter contre la surconsommation, notamment en ce qui concerne le carburant ».
Il a en outre plaidé pour « une justice énergétique et une justice dans la répartition de l’eau ».
Et d’alerter dans ce sens « Nous sommes en stress hydrique. Il va falloir épargner l’eau ».

Par ailleurs, M. Chitour a fait savoir qu’une feuille de route traitant de l’économie d’énergie sera transmise à chaque département ministériel, avec comme principaux secteurs visés, le transport, le tertiaire et l’habitat.

Pour rappel, la démarche de réforme du secteur de l’Energie intervient suite aux multiples réunions faites récemment en Conseil des ministres, suivies d’une rencontre tenue samedi passé entre le Gouvernement et les partenaires socio-économiques.
Elles visent à débattre la relance du cycle économique et à faire le point sur les incidences engendrées par la pandémie du Covid-19 sur les différents secteurs économiques.

L’accent a été mis sur, entre autres points, les modes de gestion des grandes entreprises, à l’instar de Sonatrach, pour les remettre debout par une approche basée sur « une rupture totale » avec les anciennes pratiques.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email