-- -- -- / -- -- --
Nationale

Vers un partenariat stratégique entre Alger et Washington

Vers un partenariat stratégique entre Alger et Washington

L’Etat algérien a finalement pris conscience que la diversification de l’économie nationale, seul moyen de s’émanciper de l’étau rentier du sous-sol -appelé tôt ou tard à s’épuiser-, doit passer par une ouverture sur les marchés internationaux, aussi bien de l’Orient que de l’Occident.

Après les dernières tentatives arabes de « réactiver » une économie commune, à l’issue du dernier sommet de la Ligue abrité par la Jordanie, ou encore l’accord d’association avec l’Union européenne qui devrait voir son application entrer en vigueur les prochains mois, une fois « le sursis » souhaité par Alger arrivé à échéance, un autre partenariat avec le pays de l’Oncle Sam devra connaître un nouvel essor.

La coopération entre l’Algérie et les Etats-Unis ne date, certes, pas d’aujourd’hui, mais au vu des derniers rapprochements entre les deux capitales dans différents domaines, notamment ceux liés aux aspects sécuritaire et commercial, cette relation est appelée à se fructifier davantage.

La clôture hier de la 5e session du conseil de l’Accord-cadre algéro-américain sur le commerce et l’investissement (TIFA), sanctionnée par une déclaration commune réitérant l’engagement des deux parties à déployer tous les moyens pour accroître le commerce et l’investissement bilatéraux dans l’intérêt des deux pays n’est qu’une preuve de plus des engagements pris par les deux partenaires.

Dans une déclaration commune, les deux pays ont souligné qu’il « existait encore de grandes possibilités pour accroître le commerce et l’investissement bilatéraux dans l’intérêt mutuel des deux pays ».

Ce qui ressort de prime abord de cette réunion est que les présents avaient tenu à mettre en exergue l’avancée considérable enregistrée durant les quinze dernières années. Les échanges bilatéraux entre l’Algérie et les Etats-Unis ont en effet totalisé plus de 5 milliards de dollars en 2016, en hausse de plus de 50% par rapport à l’année 2000.

En chiffres, en 2016 le volume global des échanges commerciaux entre l’Algérie et les Etats-Unis a atteint 5,6 milliards de dollars composés de 2,3 milliards de dollars d’importations algériennes et de 3,3 milliards d’exportations algériennes, contre 4,7 milliards de dollars en 2015 (2,7 milliards d’importations et 1,9 milliard d’exportations), est-il encore précisé. 

Les deux délégations ont eu surtout à discuter des voies et moyens pour améliorer le commerce et l’investissement et promouvoir le partenariat entre les entreprises des deux pays, à travers l’assistance technique dans le cadre des programmes d’échanges des différents départements américains.

Les deux délégations ont convenu de l’amélioration de l’accès au marché, y compris pour les produits industriels, agricoles et numériques en « œuvrant à lever tous les obstacles », selon le communiqué commun.

D’autant que l’Algérie ne cesse de déployer des moyens considérables pour améliorer son climat des affaires à travers la prise de plusieurs mesures, comme l’adoption du nouveau code des investissements et du nouveau modèle de croissance économique, la régulation du commerce extérieur et la protection de la propriété intellectuelle.

L’accession du plus grand pays d’Afrique et du monde arabe à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), l’accès aux marchés ainsi que le renforcement du cadre juridique bilatéral ont également figuré parmi les thèmes principaux de cette session.

Pour rappel, lors de la 4ème session de la Tifa, tenue à Washington en mars 2016, les deux parties avaient examiné plusieurs questions liées à la promotion du commerce bilatéral et de l’investissement, ce qui avait permis d’aboutir à des propositions de partenariat dans le secteur de l’agriculture avec l’activation de l’accord phytosanitaire, celui des transports avec la poursuite des négociations entre les autorités de l’aviation civile des deux pays ainsi que le secteur des finances avec des discutions engagées pour la conclusion d’un accord bilatéral de non-double imposition

La réunion d’hier à laquelle ont pris part des représentants des départements d’Etat du Commerce et de l’Agriculture américains ainsi que des ministères algériens des Affaires étrangères, du Commerce, de l’Industrie et des Mines, des Finances, de l’Energie, de l’Agriculture, la Santé des Transports en plus de ceux de l’ONDA, de l’INAPI et de l’ANDI, a été co-présidé par les secrétaires généraux des ministères, respectivement, du Commerce, Mohamed Helaili, et de l’Industrie et des Mines, Mme Rabea Kherfi, et par l’adjoint du Représentant américain pour le Commerce, chargé de l’Europe et du Moyen-Orient, Daniel Mullaney.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email