-- -- -- / -- -- --
Nationale

Vers un nouveau modèle agricole

Vers un nouveau modèle agricole

La modernisation et l’introduction des nouvelles technologies dans le domaine de l’agriculture a été l’idée phare des travaux des assises nationales de l’agriculture qui se sont déroulées ce lundi au Centre international des conférences (CIC-Alger). en effet le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi a souligné l’importance de définir les grandes lignes d’un nouveau modèle agricole moderne en vue de poursuivre les réformes qu’ a connues le secteur de l’agriculture depuis 2000. Cette modernisation, précise-t-il, consiste notamment en de nouvelles techniques d’irrigation au regard de la superficie globale irriguée qui atteindra 2 millions d’hectares d’ici la fin de l’année 2018. Ces efforts s’inscrivent en droite ligne dans la stratégie visant à accroître la production agricole nationale susceptible de booster l’économie de notre pays, ajoute-t-il.

A propos du cadre juridique régissant ce secteur, Bouazghi a indiqué que la loi d’orientation agricole de 2008 est le premier texte promulgué dans ce sens depuis l’indépendance ; son objectif, explique-t-il est d’asseoir les bases garantissant une sécurité alimentaire. Ce texte réglementaire, dit-il, comprend les dispositions liées au développement rural, à la préservation des ressources naturelles, à la professionnalisation de l’activité agricole. Cette loi ordonne, également, le renforcement des établissements techniques à même de les mettre au service des agriculteurs, enchaîne Bouazghi.

Devant un aréopage de plus de 6 000 personne comprenant des professionnels, des opérateurs économiques, des investisseurs et porteurs de projet, Bouazghi a rappelé certaines décisions adoptées lors du Conseil des ministres de septembre 2017 et dont la visée est de soutenir l’agriculture, tel le maintien du programme de soutien dans ce secteur engagé en 2009. S’adressant aux walis, le ministre a tenu à rappeler la décision portant récupération des terres agricoles non exploitées en vue de les mettre à la disposition des investisseurs sérieux, relevant dans le même ordre d’idée la nécessité de développer en parallèle certains débouchés à l’instar de l’industrie de la transformation agroalimentaire.

Dans un autre registre, Bouazghi a mis l’accent sur l’amélioration de la formation des ressources humaines qualifiée dont a besoin l’agriculture, saluant les efforts et les actions de coordination des ministères de la Formation professionnelle et de l’Enseignement supérieur. Selon quelques indicateurs d’évolution des filières de production 2014-2017, la filière céréales est passée de 34 702 170 quintaux à 34 321 780 quintaux soit une hausse de 19%. La pomme de terre, quant à elle, a noté un taux de croissance de 9,4%. Pour la filière viande rouge, une légère croissance a été enregistrée, estimé à 4,8%. C’est la branche lait qui peine à améliorer sa production en notant seulement 5%. Selon les experts, ces chiffres ne reflètent guère les potentialités réelles que l’Algérie recèle, et dont une meilleure exploitation ferait de notre pays une puissance agricole mondiale imbattable.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email