-- -- -- / -- -- --
Nationale

Vers l’établissement d’une liste des terroristes algériens à l’étranger

Vers l’établissement d’une liste des terroristes algériens à l’étranger

Combien de « djihadistes » algériens sévissent dans les rangs de Daech, Al Qaida et autres organisations terroristes en Syrie, en Irak, au nord du Mali, en Libye et ailleurs dans le monde ?

Les autorités judiciaires et les forces de sécurité algériennes s’intéressent à cette question d’actualité qui rappelle le retour dans leurs pays des « afghans arabes » de l’Afghanistan et la constitution d’organisations terroristes, dont le groupe islamique armé (GIA) auteur de plusieurs massacres et de nombreux assassinats en Algérie dans les années 1990. Faire partie d’une organisation terroriste activant à l’étranger est puni par la loi.

L’Algérie et d’autres pays, dont la Tunisie et la France, qui comptent des « djihadistes » dans les rangs de Daech en Syrie et en Irak, préparent leurs arsenaux judiciaires face à l’éventuel retour de ces terroristes. La visite effectuée par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, jeudi dernier à l’institut de criminologie et criminalistique (INCC) de Bouchaoui relevant de la Gendarmerie nationale, a concerné cet aspect.

Le ministre s’est enquis des moyens technologiques et des compétences dont dispose ce corps pour mener à bien sa mission, celle d’identifier et de présenter à la justice les terroristes de Daech et d’Al Qaida qui sévissent à l’étranger. Travaillant en étroite coopération avec Interpol et d’autres organisations sécuritaires internationales, la GN compte établir une liste des terroristes algériens activant dans les rangs de Daech et d’Al Qaida en Syrie, en Irak, au nord du Mali, en Libye et ailleurs.

Le ministre de la Justice a, au cours de sa visite à l’INCC, annoncé la révision de la loi antiterroriste. « Un nouveau projet de loi amendant et complétant le Code pénal et la loi antiterroriste a été finalisé et sera présenté incessamment au gouvernement. Toute personne impliquée dans le financement ou le soutien des groupes terroristes sera sévèrement condamnée », a-t-il dit.

Les mandats de perquisition délivrés dans de meilleurs délais

Par ailleurs, de nouvelles mesures renforçant la lutte contre la criminalité ont été annoncées par Tayeb Louh. Il s’agit de mesures qui réduisent le temps pour les autorités judiciaires pour émettre des mandats de perquisition.

Les procureurs de la République seront reliés aux brigades de la gendarmerie par un réseau unique, est-il expliqué. Ce réseau permet aux gendarmes de réceptionner des mandats de perquisition électroniques envoyés, depuis le réseau unique, par les procureurs de la République vers les brigades de la gendarmerie.

Cela permet aux gendarmes d’intervenir très rapidement, d’effectuer des perquisitions dans les domiciles, de lancer des extensions d’expertise hors wilaya en temps réel, tout en évitant les retards qui, auparavant, posaient problème pour les enquêtés.

Ces retards ont permis parfois aux suspects dans des affaires criminelles d’en effacer les traces avant même l’arrivée des gendarmes. Pour qu’il n’y ait plus ce genre de retards, le ministère de la Justice et la Gendarmerie nationale ont décidé, de mettre un pont numérique pour intervenir en temps réel et pour simplifier les tâches des gendarmes.

Ce réseau unique transmet toutes les données nécessaires sur la nature de l’affaire, du crime et des présumés auteurs, tout comme il permet aux procureurs de la République de délivrer un mandat de perquisition qui portera la signature électronique de chaque procureur avec un mandat de perquisition électronique sous forme de courrier électronique destiné aux gendarmes.

« L’enquête n’attend pas » avait déclaré le général-major, commandant de la Gendarmerie nationale Menad Nouba lors d’une visite du ministre de la Justice et garde des Sceaux, effectuée jeudi passé dans les prestigieux laboratoires de l’Institut national de criminologie et de criminalistique (INCC).

« C’est une action qui va permettre de préserver les enquêtes mais aussi et surtout d’intervenir rapidement avant que les criminels n’effacent leurs traces sur les scènes de crimes ou cachent des objets avant même l’exécution d’une perquisition » avait affirmé de son côté le ministre de la Justice Tayeb Louh.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email