-- -- -- / -- -- --
Nationale

Vers le gel des activités des tribunaux et des cours de juridictions

Vers le gel des activités des tribunaux et des cours de juridictions

Deux jours seulement après le vaste mouvement initié et opéré par le ministre de la Justice et garde des Sceaux Belkacem Zeghmati dans le corps des magistrats, et qui a touché 2 998 entre juges et procureurs, le Conseil national du Syndicat national des magistrats a tenu, ce samedi, une session extraordinaire pour dénoncer les mesures entreprises par le premier responsable du secteur de la Justice.

En effet, dans un communiqué de presse remis à la rédaction, le Syndicat National des magistrats a affirmé que « le ministère de la Justice a violé les prérogatives du Haut conseil de La magistrature, qui représente la pyramide de l’indépendance de l’autorité judiciaire en procédant de manière unilatérale au mouvement annuel dans des chambres fermées, profitant du rôle formel que joue le Haut conseil de la magistrature depuis des années ».

Dans le même document, le Syndicat national des magistrats a tenu à préciser : « Le Haut conseil de la Magistrature a validé la liste de 3 000 entre juges et procureurs touchés par le dernier mouvement en un temps record, ne dépassant pas une heure ! ».

Le Syndicat national des magistrats considère que « ce qui s’est passé le 24 octobre dernier est une journée sombre dans l’histoire de la magistrature, qui a pour objectifs, entre autres, de casser les structures du Syndicat National des magistrats par la mutation de deux tiers des membres de son conseil et des représentants du bureau exécutif, qui jouissent d’une légitimité élective fondée ».

Le Syndicat a par ailleurs dénoncé les dernières sorties médiatiques du ministre de la Justice, durant lesquelles il a déclaré : « Le dernier mouvement entre dans le cadre de la campagne de la lutte contre la malversation ».

Le document signé par Yassad Mabrouk a qualifié le dernier mouvement de « génocide qui a touché les juges par des mutations anarchiques et abusives qui risquent d’avoir des répercussions négatives sur, notamment, leurs familles ».

Le Syndicat a souligné qu’« en dépit de toutes les tentatives pour trouver des solutions, la tutelle a fermé toutes les portes du dialogue ».

Se basant sur ce constat, le SNM a décidé le gel de toutes les activités judiciaires au niveau des tribunaux et des Cours de juridiction à partir d’aujourd’hui et jusqu’à la satisfaction de toutes leurs revendications socioprofessionnelles. Il exige notamment l’annulation du mouvement annuel des magistrats et la révision immédiate des textes de loi qui consacrent l’hégémonie de l’exécutif sur l’autorité judiciaire.

Il appelle également le ministre de la Justice à « cesser ses comportements hautains et dédaigneux avec les magistrats et leurs représentants, lui rappelant que les juges ne sont pas un troupeau qu’on mène d’une manière humiliante ».

« Sa prétendue opération d’assainissement du secteur relève du narcissisme maladif nécessitant des soins », a indiqué encore le communiqué du SNM.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email