Vers la réactivation du conflit en Ukraine: Kiev joue avec le feu ! – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Monde

Vers la réactivation du conflit en Ukraine: Kiev joue avec le feu !

Vers la réactivation du conflit en Ukraine: Kiev joue avec le feu !
De l'esprit comique à l'esprit va-t-en-guerre

Comment expliquer le regain de tensions en Ukraine ? Est-ce une logique endogène qui détermine les derniers développements dans ce pays ? Ou c’est davantage un jeu de puissance exogène qui risque de dégénérer pas forcément à la faveur des autorités de Kiev ?

Un mouvement de troupes russes près des frontières ukrainiennes, une attaque de drones fabriqués en Turquie contre des positions indépendantistes au Donbass, une volonté américaine de pousser ses alliés à vendre des armes létales à cette ancienne république soviétique, tous ces ingrédients peuvent être un terreau favorable à une confrontation directe dans la région avec un grand perdant : le peuple ukrainien.

D’ailleurs, la sous-secrétaire adjointe à la défense, en charge de la Russie, de l’Ukraine et de l’Eurasie, Laura Cooper, a pressé les pays alliés des Etats-Unis à lever les restrictions d’exportation d’armes, non pas de défense, mais létales, à l’égard de l’Ukraine. Ainsi, le Pentagone a demandé à ses Alliés de lever les restrictions de vente d’armes létales à l’Ukraine pour qu’elle « se défende ».

Auparavant, le secrétaire à la Défense a précisé un peu plus tôt que Biden a donné son accord pour un renforcement de l’aide militaire à l’Ukraine pour un montant de 60 millions de dollars, comprenant notamment des Javelin.
Mais la plupart des responsables politiques européens se prononcent, en tout cas publiquement, contre l’armement de l’Ukraine. Il faut souligner qu’une aide militaire de ce type n’est jamais gratuite, c’est un investissement en politique étrangère. Or, les pays européens ont très peu d’intérêt à avoir un conflit grandissant à leurs frontières. – bien qu’un conflit ouvert soit en cours sur le territoire de ce pays.

Quid des accords de Minsk ? Et du format de Normandie qui regroupe outre l’Ukraine et la Russie, la France, l’Allemagne et le Belarus ? La situation catastrophique dans le Donbass hypothèque plus que jamais l’avenir de cette région ! Avec les Américains qui se disent favorables à la vente de munitions pour ce pays, c’est l’escalade assurée en Ukraine. D’autant plus que Washington presse ses alliés à vendre des armes «létales» à Kiev.

D’ailleurs, la sous-secrétaire adjointe à la défense, en charge de la Russie, de l’Ukraine et de l’Eurasie, Laura Cooper, n’est allé par quatre chemin : Je pense que l’Ukraine devrait être en mesure d’acheter les capacités dont elle a besoin pour se défendre», a-t-elle déclaré, avant d’ajouter «j’aimerais donc voir cette restriction levée». Il s’agit de sur-militariser le pays avant de le jeter dans les incertitudes de conflits sans cesse renouvelés avec la Russie et contre ses propres citoyens russophones.

Le plan de pourrissement de Zelensky
A Kiev, le président Zelensky semble choisir l’option d’un «durcissement et le pourrissement» face à Moscou et aux alliés de celle-ci notamment au Donbass. La dernière semaine d’octobre, l’armée ukrainienne a pour la première fois mené une attaque aérienne sur des positions des séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine au moyen de drones de fabrication turque, selon des informations de l’Agence de presse turque Anadolu, confirmées par un post des forces armées Ukrainiennes sur Facebook.

Il s’agirait d’une réponse à plusieurs attaques au sol menées le 26 octobre par les séparatistes. Selon l’armée ukrainienne, qui a accusé les «séparatistes prorusses» d’avoir lancé plusieurs attaques au canon, au lance-grenades et à la mitrailleuse contre les forces ukrainiennes. Un soldat ukrainien a été tué le même jour sur la ligne de front avec les séparatistes prorusses » dans l’est du pays, a indiqué l’armée ukrainienne. Un autre soldat a été blessé, selon la même source.

Un porte-parole des milices populaires de la république autoproclamée de Donetsk a de son côté accusé Kiev d’avoir violé les accords de Minsk qui interdisent les vols de l’aviation de combat et de drones étrangers le long de la ligne de contact. L’attaque de drone s’est déroulée la veille d’une réunion du Groupe de contact de l’OSCE pour le Donbass qui réunit depuis 2014 des représentants de l’Ukraine, de la Russie et de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Le groupe, qui a pour mission de faciliter la résolution diplomatique du conflit dans le Donbass, œuvre en faveur de l’application des décisions prises au sein du «format Normandie».

De son côté, le ministère russe des Affaires étrangères, par la voix de sa porte-parole Maria Zakharova, a exhorté les pays occidentaux à faire pression sur Kiev pour faire respecter les accords de Minsk et de cesser de lui fournir des armes. Une sorte de rappel pour les Etats-Unis qui déploient depuis quelque temps des efforts pour pousser les Ukrainiens à la confrontation avec la Russie.

L’escalade programmée par les alliés occidentaux de Kiev a pour but de pousser Zelensky à rompre le modus vivendi de Minsk et le format Normandie, jugé favorable à Moscou en voulant l’élargir à la Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, les deux puissances anglo-saxonnes promotrices des révolutions colorées.

Fort de ce soutien, le président Volodymyr Zelensky a voulu créer une «plateforme de Crimée» réunissant tous les États occidentaux excepté la Russie, une réunion bien en deçà de ses attentes vu le niveau de représentation des chefs d’Etats. La réactivation de la part de l’Ukraine et de l’OTAN du thème du retour de la Crimée est en soi problématique, les accords de Minsk ne comportant pas de référence à cette péninsule annexée par la Russie en 2014.

Et c’est justement à partir de Sébastopol en Crimée que le président Vladimir Poutine a mis les points sur les i. «Notre pays a retrouvé son unité historique. Vous ressentez ce lien vivant et inextricable particulièrement vivement, bien sûr, ici, à Sébastopol, en Crimée», a déclaré le chef de l’Etat russe jeudi dernier à l’adresse de ses compatriotes de Crimée. Ce message s’adressait également à ses détracteurs, Américains et Ukrainiens en tête. La péninsule est et restera russe dit en filigrane Poutine. A l’adresse de Zelensky, Poutine semble avertir : les provocations de Kiev pourraient faire rééditer le scénario de Crimée au Donbass.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email