-- -- -- / -- -- --
Nationale

Vers la radicalisation de leur mouvement

Vers la radicalisation de leur mouvement

Deux mois de grève et toujours pas de perspectives de sortie de crise pour les intendants. Ces derniers poursuivent un mouvement entamé depuis la rentrée scolaire sans qu’une issue à ce débrayage ne semble se profiler à l’horizon.

Face à ce statu quo, le Comité des intendants de l’éducation nationale ont tenu hier des assemblées générales au niveau des wilayas pour décider de la suite à donner à leur mouvement de protestation. 

Contacté par nos soins, Mustapha Nouaouria, président du Comité national des intendants affilié à l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (UNPEF), a fait savoir que les intendants ne comptaient pas baisser les bras et que le mouvement de grève se poursuivra jusqu’à satisfaction de leurs revendications.

« Nous avons tenu hier des assemblées de wilayas, en attendant de tenir aujourd’hui une assemblée nationale pour évaluer la grève et de se débattre de la manière de radicaliser ce mouvement de protestation « , a affirmé Mustapha Nouaouria.

Répondant à la ministre de l’Education nationale qui a estimé que certaines revendications des protestataires ne relèvent pas des prérogatives de son département, l’interlocuteur dira que, « si la tutelle ne peut pas prendre en charge nos revendications, laissez nous alors aller vers d’autres responsables « , a-t-il dit. Et d’ajouter que « la ministre ne devrait pas conditionner la promotion des intendants par le retour au travail car cela est un droit « , a-t-il noté.

Il faut rappeler, que les intendants étaient nombreux à se réunir jeudi passé à l’appel de leur Commission affiliées à l’Unpef. Ils revendiquent l’octroi de la prime pédagogique et celle de rendement, ainsi que l’actualisation de l’arrêté ministériel n°829 du 13 novembre 1991 portant fonctions et missions des personnels des services économiques du secteur de l’éducation.

Mustapha Nouaouria explique, que les intendants exécutaient des tâches de comptable public avec tous les risques qu’ils encourent sans contrepartie aucune. Pire encore, certains se retrouvent en prison après avoir exécuté ces mêmes tâches.

C’est d’ailleurs pour cette raison que les intendants en grève avaient décidé de remettre au ministère des Finances leurs agréments en tant que comptables publics. D’autres doléances figurent dans leur plate-forme de revendication.

Il s’agit entre autres, de la promotion au rang de vice-intendant des agents comptables qui ont accompli 10 ans de service, la participation au concours d’accès au grade d’inspecteur financier, l’indemnisation de l’encadrement des examens scolaires et la correction, l’institution du poste d’intendant formateur.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email