-- -- -- / -- -- --
Nationale

Vers la présentation annuellement du bilan de Sonatrach

Vers la présentation annuellement du bilan de Sonatrach

Le président-directeur général de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, préconise la présentation annuelle du bilan de Sonatrach. Et ce en animant des rencontres annuelles pour garantir, entre autres, plus de transparence et apporter des éclairages sur nombre de sujets relatifs à l’entreprise.

S’exprimant devant les sénateurs à l’occasion de la journée d’étude organisée par le Conseil de la nation, intitulée « L’Algérie entre la transition énergétique et la diversification économique : défis et perspectives de l’industrie pétrolière nationale », Ould Kaddour a estimé qu’il est primordial de développer et d’encourager la communication au sein de son groupe, ainsi qu’avec son environnement.

Il s’est d’ailleurs félicité de l’organisation de la rencontre d’hier, et de bien d’autres devant le gouvernement et la presse nationale, espérant en faire une coutume de l’entreprise. 
Lors de cette rencontre, le pdg de Sonatrach a apporté des éclairages sur nombre de sujets qui suscitent des interrogations, notamment la transition énergétique. « La transition énergétique de l’Algérie se fera graduellement, du fait que sa dépendance des hydrocarbures se poursuivra encore pour une période », a-t-il indiqué. Il a souligné que Sonatrach est en train d’investir graduellement dans le solaire. « C’est un travail sur le long terme », a-t-il dit, rappelant que la compagnie qu’il dirige dispose, tel qu’il est relevé dans le cadre de sa stratégie de développement pour la période 2020/2030, d’un potentiel de 1,6 gigawatt/heure qu’elle a commencé à développer. « L’énergie solaire est dans nos plans », a-t-il affirmé.

Pour ce qui est du gaz de schiste qui a longtemps été au centre de discussions sur la nécessité de son exploitation ou non, le pdg de Sonatrach dit que « nous irons vers le gaz de schiste tôt au tard », en s’interrogeant sur les causes de sa non-utilisation. Il a toutefois rassuré que l’exploitation de cette ressource non conventionnelle se fera après réunion de toutes les conditions en termes de sécurité et dans le respect de l’environnement, et surtout avec la protection de la santé humaine. Ould Kaddour, et sur un autre volet, a fait état du départ de 10.000 employés de Sonatrach pour les seules trois dernières années, en admettant ne pas détenir les moyens financiers pour les retenir. C’est dans ce sens qu’il a jugé important de trouver d’autres formes de motivations, autres que financières, qui laisseront ces cadres servir encore la Société nationale des hydrocarbures qui aspire à se placer parmi les cinq premières entreprises mondiales.

La raffinerie d’Augusta, récemment acquise par Sonatrach pour un montant ne dépassant pas un milliard de dollars, et qui a suscité des interrogations sur sa conformité, a été aussi à l’ordre du jour. Ahmed Mazighi, directeur marketing et planification à Sonatrach, a tenu à rassurer sur sa conformité en disant qu’elle est fiable à 98 %. « Elle est parmi les meilleures raffineries, en maintenance et en efficacité énergétique », a-t-il soutenu, ajoutant que l’âge de la raffinerie n’est pas significatif, sachant qu’elle a été mise en exploitation en 1953.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email