-- -- -- / -- -- --
Nationale

Vers la création d’un conseil d’affaires algéro-cubain

Vers la création d’un conseil d’affaires algéro-cubain

La première réunion du Conseil d’affaires algéro-cubain se tiendra le 19 du mois en cours à Alger, en marge de la Foire internationale d’Alger (du 18 au 23 juin). Une occasion de discuter et de promouvoir les opportunités d’affaires entres les deux pays, le but étant de hisser le partenariat économique au niveau des relations politiques et historiques. C’est ce qui a été annoncé ce dimanche, lors d’une journée d’information sur les opportunités d’affaires à Cuba, organisée à Alger.
C’est donc un défi pour Alger et la Havane de développer les relations économiques et commerciales entre les deux pays, qui sont jusqu’à ce jour basées essentiellement sur les exportations algériennes des hydrocarbures.
Le rendez-vous est donné pour le 19 juin afin d’établir une feuille de route concernant la coopération bilatérale sur les deux prochaines années. 
Il s’agit d’une occasion d’identifier les secteurs prometteurs, d’autant qu’une importante délégation d’opérateurs économiques cubains représentant plusieurs secteurs d’activités va faire le déplacement.
C’est également, selon la directrice générale de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie, Ouahiba Behloul, « une occasion idoine pour attirer les investisseurs cubains » lors de cette première réunion, durant laquelle il sera procédé à l’installation officielle de ce Conseil d’affaires. L’agriculture, l’agroalimentaire, le pharmaceutique, le tourisme…sont autant de secteurs qui peuvent faire objet de partenariat entre les deux pays. Cela en sus du secteur médical, où une très bonne coopération est enregistrée. « 900 ressortissants cubains travaillent dans le domaine médical en Algérie », a indiqué Clara M. Pulido Escandell, ambassadrice de la République de Cuba en Algérie, qui p récise que : « ces ressortissants exercent sur tout le territoire national et dans plusieurs spécialités comme l’ophtalmologie et l’oncologie ».
Elle plaide cependant pour le renforcement de cette coopération et aspire à approfondir les liens à caractère commercial et économique dans plusieurs domaines, à l’instar de la biopharmaceutique, du tourisme, etc. « Le défi est de hisser nos relations économiques et commerciales au niveau de nos relations politiques », a-t-elle souligné.
Mâamar Djellal Serandi, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Tipasa a, de son côté, indiqué que les relations économiques entre les deux pays demeurent « timides », et ce compte tenu du volume des échanges commerciaux bilatéraux. « En 2017 et en 2018, le volume était respectivement de 354 et de 311 millions de dollars », a-t-il précisé, signalant que durant le mois de janvier 2019, ce volume s’est établi à 22 millions de dollars. Ces échanges sont dominés par les exportations algériennes des hydrocarbures, d’où la nécessité de diversifier les échanges. Ceci ne se fera, a-t-il précisé, que par la prospection d’autres secteurs comme l’agriculture, l’agroalimentaire, le pharmaceutique, l’électronique et le tourisme. Le problème est, selon lui, la méconnaissance par les opérateurs économiques algériens du marché cubain, d’où l’intérêt de l’organisation de cette journée d’information en collaboration avec l’ambassade de Cuba, et ce pour mieux le présenter, avec ses opportunités et ses contraintes. La nécessité d’établir une ligne aérienne directe entre les deux capitales afin de faciliter la coopération a été également évoquée. Par ailleurs, une présentation de l’environnement des affaires et des opportunités d’investissement à Cuba a été exposée par Mirta Rippes Aller, conseillère économique et commerciale à l’ambassade.
Lilia Aït Akli

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email