Vendue à moins de 200 DA : La sardine courtise les petites bourses   – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Vendue à moins de 200 DA : La sardine courtise les petites bourses  

Vendue à moins de 200 DA : La sardine courtise les petites bourses  

La sardine, qui avait pris des ailes pour devenir un poisson hors de prix, est cédée, ces temps-ci, à des prix qui font le bonheur des petites bourses, particulièrement dans un contexte où les prix des viandes rouges et blanches ont atteint des records.  

Ainsi, après avoir atteint des sommets durant cette année, le prix de la sardine est descendu au-dessous de la barre des 200 dinars depuis la deuxième quinzaine du mois d’août. Une baisse sensible à l’origine d’un grand engouement des citoyens pour ce produit de la mer réputé pour sa valeur nutritionnelle hautement diététique. 

A Boumerdès, à l’est de la capitale, les prix de la sardine chez les grossistes de certaines poissonneries et ports de Zemmouri El-Bahri, Dellys et Cap Djinet varient entre 100 et 150 DA le kilo, au moment où les marchands de détail l’écoulent dans une fourchette allant de 200 à 250 DA le kilo, soit des prix bien loin des pics à 800 ou 1 200 DA le kilo, enregistrés dans la région il n’y pas si longtemps. 

En effet, le week-end dernier, le kilo de sardine qui était à 250 DA a chuté à 100 DA au milieu de la journée, pour finir à 50 DA à 16 h. Une aubaine pour les petites bourses et pour ceux qui n’ont pas mangé de poisson depuis longtemps. Selon quelques vendeurs, ce recul des prix du poisson bleu a pour origine principale la hausse des températures. Celle-ci les oblige, en effet, à se débarrasser le plus rapidement possible de leur marchandise avant qu’elle ne pourrisse. 

L’un de ces vendeurs a expliqué au Jeune Indépendant que cette baisse significative est due également au phénomène du surplus. C’est-à-dire que lorsque les casiers sont pleins, le surplus de poisson, la sardine en l’occurrence, se trouve dans un état imparfait. Cela fait que la marchandise soit cédée à un prix dérisoire, a-t-il précisé. « La marchandise inonde le marché. Il m’arrive, parfois, de céder la sardine qui me reste en fin de matinée », témoigne un ancien vendeur de poisson au marché de Boudouaou. 

Il explique que la sardine, un poisson migrateur et grégaire, passe l’automne et l’hiver dans les grands fonds de nos mers, qu’elle quitte pour se rapprocher des côtes pour la reproduction pendant les mois chauds. « Cette année, elle a choisi nos côtes », se réjouit cet ancien navigateur. Les amoureux du poisson ne manquent pas de saisir cette opportunité pour se régaler tant les prix sont abordables. 

Pour Sid-Ahmed, c’est là une aubaine. Il peut faire profiter ses enfants des délices de cet aliment. « Je me permets d’acheter de la sardine trois fois par semaine. C’est l’occasion propice pour leur apprendre à aimer ce poisson », confie-t-il. Kamel, un père de famille, exprime pleinement sa satisfaction et espère que la baisse des prix touchera aussi le prix du poulet, proposé actuellement à 450 DA, ainsi que ceux des fruits qui sont intouchables. 

L’explication de ce fléchissement important du prix du poisson bleu est fournie par le directeur de la pêche et de l’aquaculture de la wilaya d’Alger, Cherif Kadri. Il fait savoir que l’activité intensive des pêcheurs a permis de proposer de grandes quantités de poisson bleu, notamment la sardine. 

Evoquant les facteurs à l’origine de l’augmentation de la quantité du produit, M. Kadri explique que la période de juin à fin octobre présente des conditions climatiques favorables, à savoir des courants marins chauds au gré desquels dérivent les planctons qui servent de nourriture aux sardines. Les courants ont donc amené plusieurs essaims de poissons bleus près des côtes. 

Les professionnels du secteur de la pêche se réjouissent de la situation et estiment que le meilleur est à venir, pour tous les travailleurs du secteur notamment, après la décision des pouvoirs publics de les accompagner et d’augmenter les capacités de production.

Par ailleurs, la création de coopératives dans le secteur de la pêche permettra à tous les professionnels de ce domaine d’acquérir des équipements de pêche, de construire des navires et d’améliorer la distribution des produits halieutiques, outre la fabrication des cages flottantes, est-il expliqué. Une façon de permettre aux professionnels du secteur de bénéficier des avantages fiscaux, tout en s’engageant à la résolution de certains problèmes au niveau des ports.  

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email