-- -- -- / -- -- --
Energies

Véhicules au GPLc: Chitour pour une démarche participative

Véhicules au GPLc: Chitour pour une démarche participative

Les opérateurs de conversion de systèmes des véhicules au gaz de pétrole liquéfié carburant (GPLc) sont appelés à contribuer à la mise en place d’une stratégie globale de développement de cette opération.
Une participation qui pourrait changer la donne et convaincre, comme le souhaite le ministre de la Transition énergétique, les automobilistes d’adhérer à sa politique de la promotion de l’énergie propre.

Cet appel a été lancé par le ministre de la Transition Energétique et des Energies renouvelables, Chems Eddine Chirour, après une rencontre tenue la semaine dernière avec les opérateurs en question. Il se veut une manière de souligner l’importance apparente de l’adhésion de ces opérateurs à la stratégie nationale de la transition énergétique.
« Lors d’une rencontre tenue le 21 juillet au siège du ministère, avec des opérateurs de conversion des systèmes des véhicules au SIRGHAZ (GPL), M. Chitour a présenté les principaux éléments de la politique du secteur, visant la promotion et le développement de l’utilisation des énergies propres et la mise en place d’un modèle énergétique à même de libérer le pays de la dépendance aux énergies fossiles », a précisé le ministre dans un communiqué publié sur sa page Facebook.
Il a rappelé, à l’occasion, que les premières mesures prises par le gouvernement, relatives à la conversion au GPL (SIRGHAZ) du parc automobile de l’ensemble des institutions et administration publiques.
« Compte tenu de l’importance du volet carburant, M. Chitour a exprimé sa volonté et sa détermination à œuvrer, par une démarche participative et transparente, à la redynamisation du segment de conversion au GPL » ajoute encore la même source.
A ce titre, le ministre a invité, à travers les opérateurs présents à la rencontre, « tous les acteurs qui exercent dans ce domaine à faire part de leurs préoccupations et de leurs propositions pour mettre en place, de façon concertée et collégiale, une stratégie globale pour le développement de cette activité ».
Un objectif prioritaire a été fixé d’entrée de jeu. Il s’agit, explique –t-on, de doubler le nombre des véhicules à convertir au SIRGHAZ (GPL) dès l’année prochaine. Il a été question également de réfléchir à la relance du GNC (gaz naturel comprimé), a relevé la même source.
De leur côté, les opérateurs de conversion au GPL présents, ont fait part de leur disposition à contribuer massivement dans les actions de développement de leurs activités avec l’accompagnement du ministère de la Transition énergétique et des énergies Renouvelables.
Cette rencontre a été aussi une occasion pour les opérateurs participants d’exposer certaines contraintes. Le premier responsable du secteur s’est engagé, dans ce sens, à prendre en charge de toute urgence les préoccupations soulevées, note le communiqué.
Rappelons que l’Algérie a atteint une capacité de conversion au GPLc de 2 000 véhicules par mois en 2019 contre une capacité de 2000 /an en 2015. Ces résultats ont pu être obtenus grâce à la mise en place de plusieurs centres de conversion, dont le nombre a atteint 150 centres publics et privés, avait indiqué l’ex P-dg de Naftal, Belkacem Harchaoui.
« Naftal a réussi ainsi à augmenter le nombre de ses centres de 25 en 2015 à 50 centres actuellement. A cela s’ajoute une centaine de centres agréés relevant du secteur privé », avait-il précisé.
L’on s’attend d’ici 2023 à un million de véhicules qui seront dotés de kit (GPLc), ce qui permettra de hisser la consommation nationale de ce carburant à un million de tonnes.
Lancée en 2015, l’opération de conversion en GPLc a vu l’organisation de plusieurs manifestations scientifiques de vulgarisation، visant à la promotion de l’utilisation du Sirghaz et au développement des énergies propres. Par ailleurs, des négociations ont été engagées par la direction de Naftal en vue de conclure des partenariats dans le cadre de la règle 51/49 avec les opérateurs étrangers, visant la fabrication en Algérie d’équipements GPLc.
Ainsi, les pièces de ces kits seront produites avec un taux d’intégration avoisinant 75%. Pour ce qui est de la sécurisation des kits GPLc, des consignes ont été données aux agents des stations-services afin de les respecter lors du remplissage du carburant.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email