-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Vaccination anti-Covid : Début de l’opération pour les inscrits à la plate-forme à la fin d’avril

Vaccination anti-Covid : Début de l’opération pour les inscrits à la plate-forme à la fin d’avril

L’opération de vaccination contre la Covid-19 des personnes inscrites à la plate-forme numérique sera entamée à la fin d’avril ou au début de mai.

C’est ce qu’a indiqué, mardi, le membre du comité scientifique chargé du suivi de l’évolution de la pandémie de la Covid-19, le Pr Lyès Rahal, affirmant que l’opération de vaccination se déroule progressivement selon un programme préétabli. Il a toutefois relevé que les citoyens affichent une certaine réticence à l’égard du vaccin anglo-suédois AstraZeneca par rapport à Sputnik-V.

Lors de son passage à la Radio nationale, le Pr Rahal a affirmé que l’opération de vaccination se poursuit malgré les campagnes de dénigrement lancées par certaines parties, via les réseaux sociaux, pour semer, a-t-il estimé, le doute sur son efficacité, d’autant plus que l’Algérie s’apprête à réceptionner de nouvelles cargaisons de vaccin anti-Covid d’ici à la fin du mois en cours.

«L’Algérie dispose d’une agence de pharmacovigilance qui se charge du suivi des effets secondaires de tous ces médicaments, y compris les vaccins, et jusqu’à présent nous n’avons noté que des effets mineurs pour l’AstraZeneca», a déclaré le Pr Rahal.

Concernant l’efficacité des vaccins fournis contre les nouvelles souches du coronavirus, l’intervenant a assuré qu’ils sont sûrs et permettent de protéger les personnes vaccinées des nouveaux variants, faisant observer qu’il y a chez les citoyens une réticence à se faire vacciner par l’AstraZeneca par rapport au produit russe Sputnik-V.

Selon ses précisions, cette «prudence» constatée s’explique par la polémique que suscite le vaccin d’AstraZeneca. Il a tenu à rassurer que les services sanitaires n’ont pas enregistré d’effets dangereux ou de cas de complication inquiétants parmi les personnes ayant reçu ce vaccin.

Par ailleurs, le Pr Rahal a exprimé son inquiétude quant à une éventuelle recrudescence de cas de contamination recensant un nombre total de 1 716 cas hospitalisés, dont 176 personnes dans les services de réanimation, selon le bilan de lundi.

Ce qui pourrait entraver, a-t-il poursuivi, la reprise des autres services au niveau des structures sanitaires, lesquels étaient suspendus en raison de la propagation fulgurante du coronavirus. «Si le nombre de cas de contamination poursuit cette courbe ascendante, nous serons obligés de réduire le nombre de lits des différents services dans les hôpitaux pour accueillir les cas Covid.

C’est la raison pour laquelle nous insistons sur le respect des gestes barrière», a-t-il alerté. Le membre du comité scientifique a souligné l’impératif de préserver l’acquis «d’être à l’abri du spectre de la troisième vague de la pandémie» et a réitéré l’appel des autorités sanitaires aux citoyens afin de ne pas baisser la garde, d’autant que le virus continue à faire des ravages dans différents pays du monde.

Evoquant la question de l’immunité collective, le professeur a relevé que l’immunité nécessaire contre le coronavirus s’acquiert durant une période d’au moins 8 mois, précisant que l’Algérie n’est pas encore à ce stade.

Il a annoncé, dans ce sens, que le conseil scientifique et l’Institut national de la santé publique prévoient une étude de séroprévalence sur des bases scientifiques afin de pouvoir se prononcer à l’avenir sur l’immunité collective.

Situation épidémiologique inquiétante à Sétif

De son côté, le directeur de la santé de la wilaya de Sétif, Abdelhakim Dahane, a mis hier en garde contre la situation épidémiologiques, qui devient à nouveau «inquiétante» dans les localités d’El-Eulma, d’Aïn Oulmane et de Sétif, et ce suite à un relâchement constaté ces derniers temps chez les citoyens dans les espaces publics.

Le même responsable n’a pas écarté le retour à une restriction via l’application rigoureuse du protocole sanitaire et des mesures préservatives, ajoutant que les mosquées ont fait montre d’un respect strict des mesures en question.

M. Dahane a fait savoir aussi que la wilaya dispose d’une quantité de 12 550 doses d’AstraZeneca, qui connaît une affluence «très timide», alors que les 1 164 doses de Sputnik-V sont administrées à 99% et les 13 000 doses de Sinopharm frôlent le taux de 93% de vaccination. Selon le bilan annoncé mardi par le ministère de la Santé, on dénombre 187 nouveaux cas de condamnation, 5 décès, 122 guérisons alors que 19 patients se trouvent sous soins intensifs.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email