-- -- -- / -- -- --
Sports

Usain Bolt : «Je suis juste venu ici pour enrichir ma légende»

Usain Bolt : «Je suis juste venu ici pour enrichir ma légende»

Usain Bolt est vraiment unique. En difficulté tout au long de la saison, laborieux en séries et en demi-finales, derrière Justin Gatlin jusqu’aux dernières encablures de la finale, il a pourtant encore triomphé sur 100m dimanche. Sa plus belle victoire ? Sans doute.

Usain Bolt n’a sans doute jamais été aussi grand. Difficile, bien sûr, de hiérarchiser 15 médailles d’or mondiales ou olympiques, dont neuf dans des épreuves individuelles. Mais ce 100m possède sans conteste une saveur particulière.

Parce que c’est la victoire la plus étriquée de sa carrière. Un centième. Parce que jamais il n’avait abordé un grand évènement avec si peu de certitudes. Quant à la finale… Au vu de sa demie laborieuse, et le mot est faible, il fallait vraiment avoir foi en « Lightning » pour continuer à croire en ce nouveau sacre.

Mais Bolt, lui, y a toujours cru. Même après ces deux années d’errements. Même face à ce Justin Gatlin si fort, si rapide et si régulier dans la performance.

« Je ne doute jamais de moi et je sais de quoi je suis capable », a clamé Bolt après ce nouveau triomphe. « Vous pouvez demander aux meilleurs athlètes, a-t-il ajouté. Tous ceux qui doutent d’eux-mêmes, alors ils ont déjà perdu la course. Tout ce que j’avais à faire était de construire une bonne course. Ce n’était pas parfait, mais je l’ai fait. »

Son tour de force aura été de pousser Gatlin à la faute Oui, il l’a fait. Et il revient de loin. Sur cette finale, dominée jusqu’aux 85 mètres par Gatlin. Sur ce week-end, où il ne fut longtemps que l’ombre de lui-même. Et, plus globalement, sur ces 18 derniers mois, chaotiques et peu convaincants. 

« C’est incontestablement ma course la plus difficile pour conserver un titre, a-t-il concédé. J’ai traversé beaucoup de choses cette saison. J’ai eu des hauts et des bas, alors pour moi, réussir à tout mettre en place au bon moment, c’est une grande victoire. Je suis fier de moi. »

Après avoir longtemps eu la dent dure envers son rival américain, Bolt lui a rendu hommage dimanche, soulignant à quel point ce défi-là était le plus complexe à relever : « Justin a très bien couru toute l’année, et mon coach et moi-même avons appris au fil des ans qu’il réussit toujours à élever encore son niveau lors des championnats. Je savais que si je venais ici pour gagner, je devais sortir une grande course. »

Il en a sorti de plus grandes par le passé. 9 »79, quand on a banalisé l’invraisemblable au fil des ans, cela peut sembler dépourvu de souffle épique. Mais dans le contexte actuel, il ne pouvait pas produire mieux que ce 9 »79.

Son autre tour de force aura donc été de pousser Gatlin à la faute.
Car si Bolt ne pouvait sans doute aller plus vite, l’Américain, lui, le pouvait. Il l’avait d’ailleurs fait en séries comme en demi-finales. Au total, Gatlin aura couru six fois en moins de 9 »79 cette saison. Oui mais voilà, à la bagarre, tout devient plus compliqué. Et cette finale est une nouvelle preuve que, décidément, une finale de grand championnat, c’est autre chose qu’un meeting.

Prolongeant sa propre légende, sa Majesté Bolt a fait taire les sceptiques. Ils étaient nombreux, à juste titre. « Évidemment, je suis très heureux, dit-il simplement. J’ai toujours envie d’être le meilleur athlète de l’histoire, ou au moins d’être parmi les meilleurs.

Et ça passe par des trophées et le fait de continuer à faire de mon mieux. Je veux rester numéro un jusqu’à ma retraite. Je suis juste venu ici pour enrichir ma légende, gagner et continuer ma série en grands championnats. » Pas de doute, Bolt a fait du Bolt. Sur la piste comme devant les micros. Quoi qu’il arrive, ses Mondiaux sont déjà réussis.

Exposé comme jamais, il a accepté de se mettre en danger, au risque d’écorner sa suprématie. Maintenant, il peut rêver d’un nouveau triplé 100-200-4×100, même si l’armada américaine parait terrifiante dans l’optique du relais. Mais chaque chose en son temps. Place pour l’heure au demi-tour de piste.

Ce n’est pas (encore) l’heure de savourer. « Je vais rentrer à l’hôtel et me reposer. Je vais probablement passer quelques coups de fil, mais il n’y a pas vraiment le temps de célébrer. Je vais me reposer et être prêt ». Y a-t-il encore quelqu’un pour en douter ?

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email