-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Urgences médicales : Le secteur de la Santé renforcé par des structures de proximité

Urgences médicales : Le secteur de la Santé renforcé par des structures de proximité

Le secteur de la Santé a été renforcé, au cours des deux dernières années, par la création d’hôpitaux spécialisés dans les urgences dans plusieurs wilayas et l’extension des services d’urgences au sein des Centres hospitalo-universitaires (CHU).

Le ministère de la Santé s’est employé, dès le second semestre de 2021, au renforcement des différentes régions, notamment celles à forte densité démographique, par la création, la rénovation et l’équipement de nombreuses polycliniques, tout en réservant quelques-unes à la prise en charge des urgences médicales légères afin d’atténuer la saturation des grands établissements hospitaliers universitaires.

Cette démarche s’inscrit dans le cadre du Plan d’action du gouvernement (PAG) et figure parmi les objectifs du programme du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, visant à améliorer l’accueil et à rapprocher la santé du citoyen. Elle répond également à ses orientations sur la nécessité d’optimiser les urgences médico-chirurgicales.

En effet, le nombre de polycliniques de proximité a atteint 1767 structures à travers l’ensemble du pays, soit une moyenne de deux polycliniques par wilaya, dont certaines, 116 exactement, sont classées “cliniques de référence”, au moment où la capitale bénéficie de plus d’établissements similaires en raison du nombre d’habitants et en réponse à la demande croissante.

La capitale compte, ainsi, plus de 15 polycliniques ouvertes 24h/24h, renforcées par des services d’urgences médicales pour traiter les cas simples.

Le ministère de la Santé a mis en place des hôpitaux d’urgences médico-chirurgicales à Bordj Bou Arreridj, Annaba et Oran, où sont assurées plusieurs spécialités, outre l’ouverture de ces services au sein des CHU dans les grandes wilayas, régis bien entendu par des textes réglementaires, a indiqué le directeur des Structures de proximité au ministère de la Santé, Dr Boualem Cherchali.

Ces cliniques répondent, a-t-il expliqué, aux normes en vigueur qui respectent le cahier des charges, les ressources humaines et les équipements nécessaires pour accueillir les patients dans les meilleures conditions.

Quant à la prise en charge médicale, la tutelle a arrêté trois stades de soins, le premier concerne les cas légers, d’ailleurs pris en charge au niveau de la polyclinique, les cas plus ou moins complexes sont traités dans les établissements hospitaliers publics et spécialisés (EPH/EHS), tandis que les traumatismes graves sont pris en charge par les CHU.

Fonctionnant 24/24H, ces cliniques contribuent à desserrer l’étau sur les services d’urgences au sein des établissements hospitaliers, à organiser les soins et à inculquer la culture de l’orientation des patients vers les cliniques de référence, a-t-il précisé.

Le ministère s’attèle, dans ce sens, à mettre à disposition des polycliniques, et plus particulièrement des urgences, une ambulance équipée et à réparer les pannes des appareils dans des délais courts afin que ces structures demeurent toujours au service du citoyen.

Dr Cherchali a affirmé que le manque de ressources humaines dans le corps paramédical était soulevé au ministère qui œuvre, justement, en coordination avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, à investir dans la formation et la spécialisation notamment dans la gynécologie-obstétrique, la réanimation et la radiologie.

Prévus par la loi de 2018 relative à la Santé, le service d’aide médicale urgente (SAMU) et le secteur privé, deux partenaires aussi importants l’un que l’autre, devraient également être largement impliqués dans la prise en charge des urgences médicales, a-t-il conclu. 

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email