-- -- -- / -- -- --
Nationale

«Une violation du droit international» pour la RASD

«Une violation du droit international» pour la RASD

La décision de la tenue du forum de Crans Montana 2015 dans la ville occupée de Dakhla au Sahara occidental, est une « agression » du droit international, de la communauté internationale et au peuple sahraoui, a déclaré hier à Alger le ministre des Affaires étrangères sahraoui, Mohamed Salem Ould Salek.

« Nous avons lancé un appel à tous les participants pour boycotter cette édition à travers laquelle l’occupant marocain veut légitimer l’occupation du Sahara occindeta », a-t-il dit dans une conférence de presse au siège de l’ambassade sahraouie à Alger.

Le Crans Montana est un forum économique qui rassemble chaque année les décideurs du monde des affaires, de la politique et des gouvernements en vue de retenir des actions de développement socioéconomiques de l’Afrique notamment la façade atlantique du continent.

Le Maroc qui accueille l’édition de cette année a décidé de l’organiser dans la ville occupée de Dakhla en violation de la légalité internationale. Le ministre sahraoui a rappelé, par ailleurs, que le forum se tiendra sur « un territoire sujet d’un processus de décolonisation inachevée et relevant de la responsabilité de la responsabilité directe de l’ONU ».

Le chef de la diplomatie sahraoui, a appelé également le président de Crans Montana, Jean Paul Carteron, à annuler cette manifestation qui contredit les lois internationaux, et à s’abstenir de soutenir l’occupation illégale du Sahara occidental ». Il a indiqué, d’autre part, qu’elle aura des répercussions négatives sur le processus de décolonisation.

« La tenue du forum de Crans Montana dans la ville de Dakhla occupée et la conclusion d’accords avec des sociétés étrangères pour l’exploitation des ressources naturelles du peuple sahraoui sont autant des manœuvres du Maroc pour essayer d’amener la communauté internationale à accepter le fait accompli », a affirmé le ministre sahraoui.

« Pour que les choses soient bien claires, on n’est pas contre la tenue de ce forum, mais on est contre son organisation sur les territoires occupés », a-t-il précisé. Et d’ajouter que les responsables de la RASD ont décidé d’organiser des activités dans tous les territoires libérés en vue de faire connaitre la question sahraouie.

Ces activités seront sous formes de conférences, et d’activités culturelles, faut-il le souligner. M. Ould Salek a affirmé, enfin, en outre que le Maroc, qui se trouve isolé sur la scène internationale, fait tout pour étouffer la question sahraouie du fait qu’il utilise une politique basée sur le chantage.

« Le Maroc est un occupant qui ne connait que la politique du chantage, de l’extorsion, de la fraude et de la corruption. Il n’est même pas capable d’assumer ses responsabilités historiques pour instaurer une paix durable dans la région ». 

Le Maroc inonde le monde de drogue

En sus de la colonisation des territoires de la République sahraouie, le Maroc est devenu un pays garant du trafic de drogue. « Il est devenu un pays narcotrafiquant. » Ainsi, il continue d’inonder les marchés mondiaux de toutes sortes de drogue sous la supervision de ses services de sécurité implantés dans tout le royaume.

Les revenus de cette dangereuse marchandise sont estimés à des milliards de dollars, de quoi s’enrichir sur le dos de millions de victimes. « Cette politique criminelle alimente, au niveau international, les groupes terroristes très actifs dans le Sahel dans le but de déstabiliser la région », a affirmé le ministre.

« Au niveau national, l’argent blanchi de la drogue sert à acheter des armes et à couvrir les dépenses des congrès qu’organise le Maroc pour donner une fausse image de la réalité économique et sociale », a-t-il dit. M. Ould Salek a appelé, de ce fait, la communauté internationale et les Nations unies à faire face à cette politique criminelle, qui est la source des conflits et de l’instabilité de la région. 

Détournement des colis alimentaires

Concernant les dernières accusations marocaines impliquant de hauts responsables sahraouis dans le détournement des aides internationales, le chef de la diplomatie sahraoui les a rejetées en bloc.

« Les fonds d’aide humanitaires elles sont soumis au Croisant Rouge Saharoui (CRS), dans des containers scellés. Les rapports cités par l’AFP sont infondés », a-t-il expliqué. Par ailleurs, le ministre sahraoui a dénoncé le blackout médiatique des grandes agences de presse, radios et des journaux, estimant que le Maroc profite de leur complicité et silence. Il a indiqué que « Madrid et Paris sont cléments avec Rabat en ce qui concerne l’autodétermination du peuple sahraoui ».

Rappelons que le Sahara occidental est inscrit par les Nations unies comme un territoire non autonome en attente de décolonisation et est considéré comme la dernière colonie en Afrique, a rappelé M. Ould Salek, soulignant que la Cour internationale de justice a reconnu le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et rejeté les revendications du Maroc pour la souveraineté sur le territoire.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email