-- -- -- / -- -- --
Culture

Une version en langue amazighe

Une version en langue amazighe

Le long métrage Krim Belkacem de Ahmed Rachedi est projeté ce samedi 01 avril, à la salle de la Cinémathèque de Tizi Ouzou, en version amazighe en presence du réalisateur.

Le film coécrit par le commandant Azzedine et le journaliste Boukhalfa Amazit et Ahmed Rachedi retrace les grandes étapes du parcours révolutionnaire de Krim Belkacem, une des figures emblématiques de la guerre de libération nationale. Doublé en langue amazighe, il a globalement séduit le public qui était nombreux.

Durant les débats qui ont suivi la projection, des intervenants ont affirmé avoir apprécié la qualité de la langue utilisée et la fluidité des expressions, même si certains ont déploré l’emploi de termes qui n’étaient pas d’usage en Kabylie, durant les années 1950 à 1960 (période de déroulement des événements retracées dans le film), tel que azul, akabar et tagrawla.

Sami Allam qui a interprété le rôle principal dans le film et qui a dirigé le collectif de doublage, a expliqué que lui-même souhaitait rester dans le parler de l’époque, mais sur insistance de quelques membres du collectif, il a toléré l’introduction de quelques mots nouveaux, en veillant à ce qu’ils soient justement dosés sans être envahissants.

« C’est aussi un clin d’œil que nous avons voulu faire à tamazight », a-t-il soutenu. Il a également soulevé le problème de manque de comédiens professionnels kabyles et de moyens techniques.

Beaucoup parlent de tamazight mais personne ne met la main à la poche pour investir et contribuer à la promotion de cette langue, a-t-il regretté en relevant qu’ « il est très difficile de faire un doublage en l’absence de studios spécialement conçus à cet effet ».

Mohand Ouamer Oussalem, membre du collectif de doublage et qui a prêté sa voie au colonel Amar Ouamrane dans cette production cinématographique, a indiqué que l’introduction de ces mots qui n’étaient pas utilisés à l’époque, ne fait aucunement entorse à l’histoire et aux événements rapportés dans le film.

L’assistance a également posé des questions au réalisateur sur le choix de certaines étapes du parcours de Krim Belkacem au détriment d’autres, voulant savoir s’il a été censuré ou recouru à l’autocensure. A ce propos, Ahmed Rachedi a répondu que « la censure vient du fait qu’il y a peu d’archives et d’éléments écrits sur certains faits historiques ».

Il a également souligné l’existence d’approches contradictoires entre les historiens, les compagnons et les proches de Krim Belkacem, alors, a-t-il dit, souvent « nous ne savons pas à quelle version nous fier ». M. Rachedi a aussi insisté sur la difficulté de comprimer seize années du parcours révolutionnaire de Krim en deux heures de film.

Le long métrage de Krim Belkacem (158 mn) produit par le ministère des Moudjahidine, met en exergue les grandes étapes du parcours de ce héros, notamment son rôle dans le déclenchement de la révolution le premier novembre 1954, sa participation au congrès de la Soummam le 20 août 1956 et sa présidence de la délégation du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) aux négociations qui ont abouti aux accords d’Evian le 19 mars 1962.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email