-- -- -- / -- -- --
Nationale

Une tripartite pour un nouveau modèle économique

Une tripartite pour un nouveau modèle économique

Lancer une économie nouvelle et compétitive qui favoriserait une croissance à terme sera au menu de la tripartite qui se réunit mardi et mercredi à Alger.
Si l’édification d’une nouvelle économie qui sous-entend l’élaboration d’un nouveau modèle économique avec de nouvelles orientations sera au centre des débats, la question de l’impact du coronavirus sur l’économie nationale ne sera pas en reste. 

« Bâtir une économie nouvelle », c’est à quoi s’attèlent les pouvoirs publics qui veulent rompre définitivement avec les pratiques du passé. Le patronat et les partenaires sociaux débattront de leur côté la question de la nécessité d’un changement radical de l’économie nationale et l’accompagnement des entreprises, notamment celles qui subissent de plein fouet les méfaits de la crise sanitaire.

La Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC) a déjà dévoilé sa feuille de route. Son président, Mohamed Sami Agli a affirmé, ce lundi lors de son passage sur les ondes de la chaine 1, que l’organisation qu’il préside en compagnie de sept autres organisations, ont élaboré un document commun contenant deux plans qui seront proposés lors de cette tripartite.

Le premier revêt d’un caractère urgent qui a pour but de dépasser et de faire face aux conséquences de la crise sanitaire sur l’économie du pays. Comme il l’a souvent affirmé, le président de la CAPC, insiste sur la nécessité d’accompagner les entreprises en difficulté et de trouver des solutions pour les PME qui sont menacées de faillite, en raison de l’arrêt de l’activité causée par la propagation du coronavirus dans le pays. La pandémie a eu, en effet, un impact négatif sur des milliers d’entreprises qui ont perdu jusqu’à 80% de leur chiffre d’affaires et des milliers de personnes qui se sont retrouvés sans travail.

Soulignant la nécessité de la refonte du système bancaire et de l’éradication de la bureaucratie, les qualifiant de « premiers ennemies de l’activité économique », Mohamed Sami Agli évoque le deuxième plan, à moyen et long terme, qui vise l’édification d’un nouveau modèle économique. Ce dernier aura comme base, la numérisation et l’économie du savoir mais qui va surtout bannir « la rente ».
Pour l’intervenant, la numérisation est la solution idoine pour combattre la bureaucratie qui gangrène les administrations. La qualifiant de « terrorisme administratif », il a tenu à rappeler le fait que la bureaucratie entrave l’application des orientations du président de la république sur le terrain.
L’invité du matin de la chaine1 a en outre souligné la nécessité d’élaborer un cadre juridique stable et un système bancaire fort capables d’attirer l’investissement.

Ces partenaires sociaux auront donc leur mot à dire lors de cette rencontre, d’autant que l’élaboration d’une nouvelle orientation économique se fera aussi en concertation avec ces partenaires sociaux.

C’est d’ailleurs ce qu’a affirmé le ministre de l’Industrie, Ferhat Ait Ali Braham qui signale que la rencontre sur le plan de relance économique et sociale devra aborder la mise en place d’une nouvelle orientation économique, en concertation avec les organisations patronales et les syndicats, ainsi que des experts et sociologues.
« Ce n’est pas une rencontre tripartite comme celles organisées dans le passé, mais une véritable concertation qui permettra au gouvernement d’écouter et d’échanger avec les autres partenaires sociaux. Ces derniers seront invités aussi à prendre connaissance des attentes et objectifs de l’exécutif en matière de développement socio-économique », a-t-il déclaré sur les ondes de la radio nationale.

Plus de 300 participants prendront part à cette tripartite, dont des experts vivants en Algérie et à l’étranger. Les travaux de cette rencontre se dérouleront en cinq ateliers distincts qui seront axés sur l’élaboration d’un plan structurel et d’une nouvelle économie. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email