-- -- -- / -- -- --
Nationale

Une source algérienne évoque un « dossier volumineux» à charge

Une source algérienne évoque un « dossier volumineux» à charge

Un volumineux dossier sur le trafic de drogue et les réseaux marocains qui s »emploient à le faire fructifier, essentiellement en Afrique, est déjà ficelé et prêt à être rendu public le moment opportun.

Le Maroc tout entier est en ébullition. Du roi en passant par le gouvernement, ainsi qu’au plus simple citoyen, la dernière sortie du ministre algérien des AE, Abdelkader Messahel, sur le Maroc, a causé un profond malaise au sein de la population du pays voisin.

De sources algériennes, on indique qu’ » un dossier volumineux sur le trafic de cette drogue en Europe et ailleurs et sur les réseaux qui s’emploient à faire fructifier l’argent du haschisch marocain est disponible est ficelé, et prêt a être envoyé à qui de droit » .

« Si la partie marocaine veut une confrontation violente avec nous, alors elle sera servie et de quelle manière ! » ajoute la source qui ne veut en aucune façon envenimer les choses « si la partie adverse ne cesse pas illico presto ses provocations » dont la dernière en date et celle relative au lobbying qu’elle tente d’exercer sur certains pays africains avec l’aide de la France pour exclure du sommet UE-Afrique prévu a la fin du mois de novembre en Côte-d’Ivoire.

Le Maroc est en effet connu mondialement pour être l’un des premiers producteurs de cannabis. Et ce n’est pas le ministre algérien qui le dit mais aussi les Etats Unis, la première puissance mondiale.

Le cannabis serait pour le Maroc le vivier essentiel de son économie. Selon un rapport du département d’Etat US, le royaume chérifien « est le premier producteur et exportateur mondial de cette drogue » . Ce rapport publié le 3 mars dernier par le département d’État américain épingle le Maroc dans cette entreprise mafieuse.

Aussi, ce rapport portant sur le trafic de drogue et la lutte contre la criminalité est très formel : « Potentiellement, cela équivaut à environ 23% du PIB marocain, estimé à 100 milliards de dollars, après transformation en haschisch » . Pour la seule période de 2015-2016, près de 700 tonnes de cette drogue ont été produites dans ce pays maghrébin. Ce pays est devenu la plaque tournante du trafic international de drogue.

Des saisies records de cocaïne marijuana, cannabis et autres drogues dures sont régulièrement réalisées à l’aéroport de Rabat ou de Casablanca sur des voyageurs en provenance d’Amérique du Sud, d’Afrique de l’Ouest ou même d’Europe.

Et qui transporte ces « marchandises » si ce n’est cette compagnie marocaine via ses pilotes et le personnel de bord. Que diront les officiels marocains sur ce rapport US qui est souligne-t-on passé inaperçu. En effet, la presse marocaine a complètement ignoré son contenu.

Et que dira le ministre des AE Bouarita, plus prompt à vociférer des insanités sur l’Algérie à chaque fois qu’il est mis en difficulté, lui qui n’a pas hésité un seul instant à jouer les barbouzes pour empêcher une délégation de la RASD de participer à une réunion au Mozambique au mois d’aout dernier ?

La réponse marocaine à la sortie du ministre des Affaires étrangères s’est limitée uniquement à la défense de la compagnie aérienne, ignorant volontairement le reste, c’est-à-dire le trafic de cannabis. Messahel a vu juste et a mis dans le mille. En réaction, le Maroc a entrepris à la fois le rappel en consultation de son ambassadeur à Alger et la convocation du chargé d’affaires de l’ambassade d’Alger à Rabat.

Outre le rappel en consultation de l’ambassadeur du Maroc en Algérie et la convocation du chargé d’affaires de l’ambassade d’Alger au Maroc, le Maroc a aussi évoqué « des actions que les institutions économiques nationales diffamées par le ministre algérien pourraient entreprendre » .

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email