-- -- -- / -- -- --
Nationale

Une réunion de repentis au domicile de Laayada l’ancien chef du GIA

Une réunion de repentis au domicile de Laayada l’ancien chef du GIA

La maison de l’ex-chef du Groupe islamique armé (GIA) en l’occurrence Abdelhak laâyada, sise à Baraki, va abriter, samedi prochain, une réunion entre lui, des repentis et des islamistes de la Coordination nationale des familles des détenus politiques, pour débattre et prendre une décision qui concerne les prisonniers islamistes qui demeurent prisonniers par l’Etat.

C’est ce qu’a indiqué un document diffusé par cette coordination. Selon le texte, signé par le président de la coordination, en Mustapha Ghazal, dont le Jeune Indépendant détient une copie, Abdelhak Laâyada va animer une conférence de presse à son domicile durant laquelle il évoquera les conséquences « sécuritaires » potentielles si l’Etat persiste dans l’emprisonnement des islamistes, au nombre de 120 détenus et cela dans le cadre de la mise en œuvre de la Réconciliation nationale. 

La Coordination nationale des familles des détenus les qualifie de « prisonniers politiques ». Selon le texte, « les autorités militaires algériennes n’ont pas respecté les clauses de l’accord signé avec l’ex-Armée islamique du salut (AIS) ».

La Coordination nationale des familles des détenus a accusé l’Etat de ne pas respecter cette clause qui consiste à la libération de l’ensemble des prisonniers islamistes qui sont arrêtés durant la décennie noire par l’armée ou par les services secrets (ex-DRS), indique le document.

« Les autorités algériennes redoublent d’efforts en vue du règlement des conflits dans les pays voisins mais ignore ces propres enfants qui croupissent dans les prisons depuis 22 ans dont certains sont âgés et malades », souligne le texte. L’Algérie s’apprête à accueillir une réunion des ministres arabes de l’Intérieur les 11 et 12 mars.

« Que ces ministres sachent que l’Algérie a vaincu le terrorisme grâce à l’implication de tous ses enfants », note le document. Le GIA est une organisation terroriste sanguinaire auteur d’attentats et de massacres collectifs qui a semé la terreur de 1993 à 2002 avec la liquidation de son dernier chef Antar Zouabri.

Ce document renseigne sur la montée très inquiétante en matière de réaction des islamistes et une sorte de menace indirecte à l’encontre de l’Etat.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email