-- -- -- / -- -- --
Nationale

Une rencontre déterminante pour rétablir le quota de l’Algérie

Une rencontre déterminante pour rétablir le quota de l’Algérie

La prochaine réunion de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA) sera déterminante pour l’Algérie dans le processus de restitution totale de son quota de thon rouge.

La réunion annuelle de la CICTA, prévue en novembre prochain au Portugal, « sera très importante et déterminante pour l’accélération du processus de règlement du préjudice causé à l’Algérie en 2010 lorsqu’elle s’est vue amputée de 80% de son quota historique de thon rouge » qui était de 680 tonnes, explique Kamel Neghli, chef de cabinet et chargé de la pêche au ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche.

Lors de sa dernière session tenue à Malte, cette organisation avait reconnu, selon lui, la nécessité de régler le plus rapidement possible cette situation et a donc mis en place un programme de travail ad hoc. Ce qui prédit que la réunion prochaine sera « une étape importante » dans le processus de rétablissement total de la quote-part algérienne, avance-t-il.

Cette évolution positive, poursuit-il, fait suite à la position de la délégation algérienne qui s’était montrée ferme lors de la dernière réunion de la CICTA en 2015 : « Le moment est venu pour l’Algérie d’agir, non en prenant ce qui ne lui appartient pas mais en reprenant son dû de facto et de jure », avait noté la délégation. C’est dans ce sillage que la CICTA a provoqué la tenue de deux intersessions, à Madrid et au Japon, pour étudier spécialement le cas de l’Algérie.

Pour rappel, en profitant de l’absence de la délégation algérienne à la 17e réunion annuelle de la CICTA en 2010, cette organisation avait réduit le quota de l’Algérie pour le porter à 1% du total admissible des captures (TAC) contre 5% auparavant. Les 418 tonnes retirées avaient été partagées entre quatre pays : Libye, Turquie, Egypte et Syrie. Lors de sa réunion d’Agadir en 2012, cette organisation intergouvernementale avait reconnu le tort causé à l’Algérie.

Depuis, les délégués algériens n’ont cessé de réclamer une augmentation du quota par rapport au TAC, lequel est dicté par les scientifiques en se basant sur l’état du stock mondial du thon rouge, qui était une espèce victime de surpêche.

En 2013, le comité scientifique de la CICTA a annoncé une reconstitution rapide du stock du thon rouge, un poisson évoluant entre la Méditerranée et l’Atlantique Est, l’estimant à 585.000 tonnes contre 150 000 t en 2008.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email