-- -- -- / -- -- --
Nationale

Une marche contre la sorcellerie et l’exorcisme à Béjaïa

Une marche contre la sorcellerie et l’exorcisme à Béjaïa

Une marche blanche a eu lieu ce vendredi matin dans la commune de Feroune à l’appel d’un collectif citoyen local pour dénoncer les pratiques de sorcellerie et d’exorcisme et demander justice à Manel 5 ans et sa Maman Rahima 42 assassinées chez elles en l’absence du mari le 9 mars dernier.
Les victimes sont mortes au cours d’une séance qui a mal tournée de Roquia (exorcisme) pratiquée au domicile familial dans le paisible village Ichekaven, commune de Feraoun. Une affaire qui a plongé ce hameau isolé dans l’horreur et l’incompréhension.

Des centaines de personnes issues de la commune de Feraoune et des villages voisins ont pris part à cette marche pacifique et silencieuse. La marche a été devancée par une procession de femmes sous la houlette du collectif des femmes libres et indépendantes de Béjaïa qui ont tenues elles aussi à participer à cette action pour dénoncer les féminicides et les pratiques de sorcelleries qui sont devenues monnaie courante dans nos villages.

Le maire de Feraoune et des élus locaux ont pris part à cette silencieuse, manifestation, qui a vu la procession sillonner toutes les rues de la commune afin d’exprimer leur désapprobation par rapport à ces pratiques moyenâgeuses et dangereuses ; à ce fléau social destructeur qui doit être combattu sans pitié et éradiquer à la racine. La procession masculine a arboré une banderole blanche sur laquelle est mentionnée «Non à l’exorcisme, nous nous indignons jusqu’à ce que justice soit faite».

Des pancartes ont, également été brandies par les manifestants exprimant toute leur indignation et leur dégoût face à ce fléau pernicieux qu’on croyait banni de notre société. «Je suis Manel», «Je suis Rahima», «Justice à Rahima et Manel», lit-on sur quelqu’une. Pour sa part, la procession féminine qui a devancée celle des hommes a arboré une banderole sur laquelle est transcrit : «Justice au double meurtre de Manel et sa Maman Rahima», «Non au double meurtre de Manel et de Rahima», «Stop aux rituels sectaire». Dans une autre banderole arborée par le collectif des femmes libres et indépendante de Béjaïa il est porté un autre slogan : «Stop aux féminicides», «Non à l’exorcisme et à la sorcellerie». Des portraits des deux victimes ont été arborés par les deux processions en leur hommage.

les victimes du rituel

A la fin, une minute de silence a été observée en hommage aux deux victimes. Avant de se séparer, la foule a écouté les paroles des membres de la famille des victimes qui ont tour à tour demandé que «justice soit faite» affirmant qu’il «ne pardonneront pas à leurs bourreaux». Le mari et père des deux victimes s’est exprimé pour dire son toute sa tristesse et son malheur fac à ce drame qu’il a découvert en rentrant chez lui après son absence.

La fille ainée de la victime qui a pu s’échapper de cette entreprise machiavélique a demandé elle aussi à ce que les auteurs de ce double meurtre soient jugés et sévèrement punis de leurs actes barbares et dire surtout non au pardon». Ces deux autres enfants sont intervenus aussi pour demander justice.

Un représentant du collectif organisateur de cette action a lu une déclaration dans laquelle il a qualifié ces crimes d’impardonnables et demander justice à ces deux victimes demandant aux autorités concernées de communiquer sur cette affaire». Notons que la fille aînée de la victime, est «rescapée de cette sombre affaire» qui a défrayé la chronique de la région et a fait sortir ce village de son anonymat.

Suite à cette affaire, quatre personnes d’une même famille ont été arrêtées le 19 mars dernier par les éléments de la gendarmerie nationale de Feraoune. Les quatre personnes ont été arrêtées suite à «l’intervention des éléments de la gendarmerie nationale qui a été suite contactée par un responsable de la polyclinique de la commune de Feraoune sur l’admission de deux personnes (une femme et une petite fille) dont les corps sont inertes et portant de graves violences, au niveau de l’établissement.

Le déplacement sur les lieux des enquêteurs et l’enquête enclenchée a abouti à l’arrestation du frère de la victime en compagnie de trois autres membres de la même famille et proches des deux victimes», précise la cellule de communication du groupement de la gendarmerie nationale de la wilaya de Béjaïa. Et de souligner qu’au cours de l’interrogatoire sur cette affaire, le principal accusé, qui est le frère de la victime “a reconnu avoir porté des coups violents aux deux victimes pour exorciser les esprits maléfiques qui se sont emparés des deux victimes”.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email