-- -- -- / -- -- --
Monde Europe

Une large majorité des Russes approuvent l’action de Poutine en Ukraine

Une large majorité des Russes approuvent l’action de Poutine en Ukraine

Selon l’institut indépendant Levada, près de 83% des Russes approuvent l’action de leur président, soit une progression de 12 points depuis l’enquête précédente, réalisée avant le début de l’offensive en Ukraine.

Près de 83% Russes approuvent l’action de Vladimir Poutine, gagnant douze points par rapport à février 2022, selon l’enquête publiée le 31 mars par l’institut russe indépendant Levada, dont c’est le premier sondage depuis le début de l’opération spéciale en Ukraine.

Seuls 15% des sondés disent ne pas approuver l’action du président (-12% en un mois), 2% étant sans opinion. Le Premier ministre Mikhaïl Michoustine gagne lui 11 points (71%, contre 60% en février) et le gouvernement 15 points (70% contre 55% en février). En revanche, seuls 59% des sondés jugent positivement l’action de la Douma.

Toujours selon le centre Levada, le pourcentage de Russes pensant que le pays suit la bonne direction serait monté en flèche pour atteindre 69%, contre 52% en février. A l’inverse, ceux qui considèrent que la Russie a choisi un mauvais cap a diminué pour atteindre 22%, contre 38% en février.

En outre, la cote de popularité de Russie Unie – soutenant Vladimir Poutine – atteint 54%, les autres partis n’ayant pas connu de changements significatifs. De précédents sondages avaient été rendus publics ces dernières semaines et faisaient déjà état d’une cote de popularité proche de 80% ou plus en faveur de Vladimir Poutine, mais ceux-ci étaient réalisés par des instituts réputés favorables au gouvernement.

Selon le chef de l’Etat russe, l’intervention militaire déclenchée le 24 février vise à «démilitariser» et à «dénazifier» l’Ukraine, tout en venant en aide aux Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et Lougansk, dont Moscou reconnaît l’indépendance.

L’opération lancée par la Russie est dénoncée comme une guerre d’invasion par les Occidentaux, qui ont multiplié les sanctions à son encontre en représailles. Le 2 mars, l’Assemblée générale de l’ONU a voté en faveur d’une résolution appelant Moscou à retirer «immédiatement, complètement et sans conditions toutes ses forces militaires» d’Ukraine.

Le président russe avait pointé du doigt, dans un discours prononcé le 16 mars, une «cinquième colonne» sur laquelle s’appuierait l’Occident pour nuire à la Russie, après avoir signé, le 4 mars, un texte adopté par la Douma qui prévoit de lourdes peines de prison et des amendes pour toute personne publiant des «informations mensongères» sur l’armée, ou appelant à des sanctions contre la Russie.

Moscou a également décidé de bannir certains des plus grands réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, TikTok) accusés de relayer de fausses informations et d’autoriser la publication de messages violents visant des citoyens russes, d’où une condamnation de Meta pour «activité extrémiste». Lors de sa visite en Pologne le 26 mars, le président des Etats-Unis Joe Biden s’en était pris violemment au président russe, le qualifiant de «boucher» et jugeant qu’il ne pouvait «pas rester au pouvoir», des propos considérés comme «alarmants» par le Kremlin.

Le 31 mars, le porte-parole de la présidence russe,, Dimitri Peskov, a estimé auprès de la presse qu’«ils [les Occidentaux] ne comprennent pas le président [Vladimir] Poutine, ils ne comprennent pas le mécanisme de prise de décision, ils ne comprennent pas notre travail».

Une incompréhension qu’il a qualifiée de préoccupante, car pouvant conduite à des prises de décision erronées qui ont ensuite de graves conséquences.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email