-- -- -- / -- -- --
Culture

Une large dimension nationale

Une large dimension nationale

La célébration de Yennayer cette année se tient dans un contexte heureux avec la promulgation de l’officialisation de la langue amazighe dans la Constitution. Cette avancée constitue un pas supplémentaire dans la cohésion et l’unité nationale.

La célébration de Yennayer y a trouvé tout son sens et dans un point de presse, M. Si El Hachemi Assad, secrétaire général du Haut commissariat à l’amazighité a exprimé les perspectives futures de la promotion et du développement de la langue amazighe dans notre pays.

L’ouverture du programme d’activités marquant la célébration de Yennayer a eu lieu hier en présence de M. Azzedine Mihoubi, ministre de la Culture, avec la participation de plusieurs représentants de la Présidence et de différents ministères, dont celui de l’Education nationale. Des plateaux artistiques et culturels ont annimé la scène du Palais de la culture avec des invités venant de Ghardaia, Béjaia, Tizi Ouzou, Bouira, Tlemcen, Timimoun, donnant à la célébration de Yennayer à Alger une large dimension nationale.

Dans son allocution, M. Si El Hachemi Assad a souligné l’importance de cette fête, une des plus reculée dans le temps qui a survécu durant des millénaires, et qui est célébrée aujourd’hui dans divers pays du monde.

C’est aussi l’occasion de raviver les valeurs nobles de la société humaine, telles que la solidarité, l’entraide, l’ouverture, la tolérance, l’égalité, la justice, la démocratie. Dans son intervention, le secrétaire général du ministère de l’Education nationale s’est félicité du grand développement que connaît l’enseignement de la langue amazighe dans notre pays, particulièrement cette dernière année scolaire où le nombre de wilayas où l’enseignement de la langue amazighe est passé de onze à vingt-et-une.

Il a salué également le fait que ce 12 janvier, date de la célébration de Yennayer, un cours sera donné aux élèves des vingt-huit mille établissements scolaires que compte l’Algérie, expliquant l’envergure de cet évènement dans le cours de notre patrimoine culturel et civilisationnel.

Dans son point de presse, M. Si El Hachemi Assad a fait part que le Haut commissariat à l’amazighité, avec des moyens renforcés, est en mesure de répondre, avec son organisation, ses experts, ses capacités d’exécution et son expérience, aux exigences pour la concrétisation sur le terrain de l’officialisation de la langue amazighe.

Le Haut commissariat à l’amazighité ne négligera cependant pas la possibilité de faire appel à d’autres compétences nationales pour élargir encore son action et son envergure. Concernant la graphie de la langue amazighe s’écrivant aujourd’hui encore selon les régions, en lettres latines, arabes ou tifinagh, l’académie de la langue amazighe, en création, se penchera et étudiera la décision de son unicité.

La célébration de Yennayer se poursuit encore dans les espaces du Palais de la culture jusqu’au 12 janvier avec des conférences, des expositions, des tables rondes, des ateliers, des pièces de théâtre, des récitals poétiques, des films, le lancement du concours pour les projets d’édification de la statue de Massinissa, des animations de troupes de musique traditionnelle. Ce matin, dimanche, des caravanes vont partir vers 11 heures du Palais de la culture pour sillonner un grand nombre de wilayas et célébrer Yennayer dans l’Algérie profonde. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email