-- -- -- / -- -- --
Nationale

Une laiterie accuse Danone d’escroquerie

Une laiterie accuse Danone d’escroquerie

Une invraisemblable histoire de partenariat ayant tourné au vinaigre entre un producteur laitier constantinois et le groupe français Danone fera couler beaucoup d’encre si rien n’est fait, à en croire le PDG de la sarl constantinoise.
L’affaire portée par quatre fois à partir du mois de mars 2019 devant le tribunal d’Akbou fait pour le moment du sur place à en croire Lotfi Souilah, un des propriétaires de la laiterie constantinoise, non sans avoir épuisé toutes les voies de règlements à l’amiable, selon le responsable. Une quinzaine de reports ont à ce jour été prononcés par le tribunal de la ville bougiote, laissant dans l’expectative les propriétaires de l’usine constantinoise, lesquels « exigent » un dédommagement et en appellent pour ce faire aux autorités de l’Etat à leur tête « le président de la République. Souilah dit avoir tenté vainement des médiations via l’ambassade de France à Alger ou encore la direction générale du groupe à Paris. Ses multiples tentatives sont restées sans suite.

Les responsables du groupe sont même accusés de leur mettre les bâtons dans les roues pour les empêcher de bénéficier d’une certification ISO FSSC 22000 relative aux producteurs versés dans les chaînes alimentaires bien que la fabrique ait fait l’objet de plusieurs audits ayant été qualifiés de concluants. Les raisons seraient liées au fait que le sésame « iso » risquerait d’affaiblir d’avantage le groupe, de renommée internationale, devant le tribunal, selon Souilah.
« Trois millions d’euros d’investissement, 240 milliards de centimes d’endettement contractés auprès d’un établissement bancaire en sus de 550 postes d’emploi directs perdus », a précisé en outre le premier responsable de la laiterie, au cours d’une conférence de presse ce mercredi 22 janvier tenue au siège de l’usine à la zone industrielle Palma à Constantine.
Le groupe français Danone accusé d’escroquerie a été ainsi au centre de la rencontre précédée d’une visite guidée organisée pour nombre de représentants de médias par le PDG de l’usine, spécialisée dans la production d’une large gamme de produits laitiers. La Sarl Suilait, ex-partenaire du groupe français, accuse celui-ci d’avoir résilié unilatéralement un contrat qui les liait depuis 2013 et qui devait être reconduit pour une durée beaucoup plus longue au vu des investissements réalisés par la laiterie constantinoise, investissements imposés de surcroît par leur partenaire français qui lequel est accusé d’avoir falsifié un des document contractuels liant les deux parties.
Le président directeur général de la Sarl, Lotfi Souilah a déclaré, devant les représentants de médias dont certains ont fait le déplacement d’Alger, que le montant de l’investissement, qui s’élève à 3 millions d’euros, avait pour but de répondre aux exigences de la partie française. Actuellement l’usine est en mesure de répondre à un rythme de production très soutenu, à en croire M. Souilah.
Ce dernier donne le chiffre d’une capacité de production de 100 000 litres de lait par jour et de près d’un million de produits laitiers quotidiennement dont des yaourts, crèmes desserts et autres.

Danone exige de la laiterie l’abandon du label Palma Nova
Flash-back. Les faits remontent, selon le président directeur général, à l’année 2011 lorsque dans la perspective d’étaler leur hégémonie à la production nationale des produits, laitiers et après avoir pris possession du groupe Djurdjura, le groupe Danone avait alors pris attache avec le père de Souilah, aujourd’hui décédé, pour tenter de le persuader de s’allier au groupe français en manque de moyens de production ; proposition écartée par le défunt père, décédé en 2013. Le douloureux évènement sera alors exploité par les responsables d’alors du groupe français lesquels renoueront avec la famille du défunt en faisant part de leur compassion via un message de condoléances au nom du Groupe, et les héritiers se verront relancés près d’un mois plus tard pour un éventuel partenariat.
Une discussion avait par la suite en lieu entre les membres de la famille Souilah pour tenter l’expérience avec les étrangers, dira le jeune PDG, bien que les Français aient exigé que la totalité des coûts des investissements soient pris en charge par leur partenaire constantinois. Danone exigea en outre que l’usine se consacre exclusivement à la production de gammes Danone, ce qui fut fait. Ainsi la gamme préalablement produite sous le label Palma Nova fut carrément abandonnée, bien qu’elle ait réussi à se positionner sur le marché local et même à l’étranger avec des exportations, notamment vers la Libye, précise-t-il.

Plus tôt les « invités » des Souilah ont été conviés à suivre les données descriptives du premier responsable en marge d’une tournée à l’intérieur des locaux de la laiterie : chambres froides, espaces de stockage, laboratoires d’analyse biochimique et physico-chimiques ou de contrôle de qualité et autres équipements de conditionnement tels que l’étiquetage et l’empaquetage d’apparence très récents. Certains, à en croire notre interlocuteur, ont été acquis en gage de « notre bonne foi vis-à-vis des responsables de Danone, surtout pour rassurer notre partenaire ».
Notons que le groupe Danone, présent en Algérie depuis 2001 avait réussi à acquérir dès son installation la laiterie Djurdjura appartenant à la famille Battouche, et avait créé, la même année, le groupe Danone Djurdjura Algérie dans la région d’Akbou, avant de « carrément s’emparer » de toutes les actions du groupe algérien. S’en suivit alors une série d’investissement dont celui de l’acquisition de la société algérienne d’eau embouteillée Tessala, située près d’Alger, et dont le potentiel de production est supérieur à 500 millions de litres par an. Le Groupe s’associera en parallèle avec des fermiers dont le chiffre s’élèverait à 1 500 éparpillés à travers 17 wilayas pour la collecte de lait de vache. Le groupe réussira par la suite à devenir majoritaire sur le groupe Trèfle à Blida. La Sarl Suilait, alors productrice de la gamme Palma Nova, sera sollicitée, quant à elle, pour un partenariat dès 2013 par contrat de trois ans renouvelable.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email