-- -- -- / -- -- --
Nationale

Une juge expulse de force un avocat au tribunal de Hussein Dey

Une juge expulse de force un avocat au tribunal de Hussein Dey

La présidente du tribunal correctionnel d’Hussein-Dey, Mme Ayadi Khadidja a usé de la force publique pour faire expulser Me Mohsen Amara, alors qu’il avait entamé sa plaidoirie, au profit d’un inculpé incarcéré à la prison d’El-Harrach.

L’avocat s’apprêtait à clôturer sa plaidoirie, au niveau de cette juridiction, quand soudain, la greffière se lève et se dirige vers le procureur de la République et lui remit un bout de papier. Par la suite l’audience sera suspendue pour quelques minutes.

A son retour, la présidente du tribunal correctionnel fera savoir à l’avocat qu’il n’a plus le droit à la parole et par delà à la plaidoirie et qu’il doit sans conditions quitter la salle d’audience. Furieux, Me Mohsene refuse et clame haut et fort : « Je ne sortirai pas Mme la présidente ! Je ne peux pas laisser mon client comparaître tout seul, je dois le défendre jusqu’à la dernière minute ».

A ce moment là la présidente fait appel au service de l’ordre en faction au tribunal. Les policiers l’ont fait évacuer de la salle d’audience. Une fois à l extérieur de la salle, l’avocat en question s’est acharné sur ses collègues en criant de toutes ses forces : « Vous n’êtes pas à la hauteur ! Vous deviez avoir honte de vous. Vous êtes tous des boucs émissaires du bâtonnier Sillini ! » Pour rappel, Me Mohsen Amara a été condamné le 9 juin dernier à 6 mois de prison avec sursis dans le litige qui l’opposait au premier responsable du barreau d’Alger en l’occurrence, Me Abdelmajid Silini.

Pour rappel, le procureur de la République du tribunal de Sidi M’Hamed a requis lors des débats qui se sont déroulés le 26 mai dernier, 6 mois de prison ferme contre l’avocat en question. Ce dernier signalons-le a été écroué sur une ordonnance judiciaire émanant du juge d’instruction de la 2e Chambre du tribunal prés la même juridiction, à la prison de Bab Ejedid (Serkadji), durant quelques jours.

Le mis en cause a été ester en justice par l’actuel bâtonnier de la région d’Alger pour notamment injures et menaces.
Dans sa plainte Me Silini Abdelmajid a affirmé avoir fait « l’objet de graves menaces à l’enceinte même de son bureau par son antagoniste tout en le traitant de tous les noms ».

Le plaignant a par ailleurs indiqué lors de l’instruction judiciaire que « le mis en cause lui a déclaré qu’il s’opposera à son élection une autre fois à la tête du barreau d’Alger allant jusqu’à le menacer de mort en cas de réussite ».

Me Mohsen Amara avait déposé rappelons le, en été dernier, une requête devant le tribunal administratif d’Alger, demandant l’annulation pure et simple de l’assemblée générale des avocats du barreau d’Alger, qui s’est transformée en une arène de combat, pour non-respect du règlement intérieur régissant la profession de l’avocat.

Me Mohsen avait estimé avant les élections du barreau d’Alger que le bâtonnier de la région d’Alger n’a respecté aucune forme prévue dans la loi relative à l’organisation de la profession de l’avocat car l’ordre du jour de l’assemblée générale devait être communiqué 15 jours auparavant aux avocats puis approuvé par les 31 membres du Conseil de l’ordre des avocats du barreau.

Selon toujours le même avocat, les membres du conseil n’ont été informé du contenu de l’assemblée que la veille de sa tenue et a créer au complot bel et bien maquillé par l’entourage de son antagoniste : « Ils ont témoigné contre moi car ils ont peur de lui. Ils ont déclaré que je l’ai injurié et menacé alors qu’ils n’étaient pas présents au moment des faits… »

Le mis en cause a nié au cours de son audition, les faits qui lui ont été reprochés au cours de l’enquête préliminaire et l’instruction judiciaire arguant qu’il fait l’objet « d’un coup monté de toutes pièces par l’actuel bâtonnier et ses proches collaborateurs… »

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email