-- -- -- / -- -- --
Nationale

Une journée rythmée par la protestation à Béjaïa

Une journée rythmée par la protestation à Béjaïa

La wilaya de Béjaïa a été rythmée hier par un nombre important de mouvements de protestation. Débrayage, sit-in, blocage de route et d’APC. Telle était la situation hier. Une grève de deux jours est lancée et sera ponctuée aujourd’hui par un rassemblement devant le siège de la Direction de l’éducation suivi d’une marche.

Il faut noter qu’une marche est prévue par l’intersyndicale dont fait partie le syndicat, le 1er mai à Béjaïa. Il s’agit, pour le CNAPESTE-Béjaïa, de réitérer son exigence sur « l’urgence d’assainir totalement les différentes situations conflictuelles qui affectent depuis longtemps l’atmosphère du travail au sein du secteur ».

Les grévistes réclament « le règlement de toutes les situations administratives pendantes (revalorisations, avancement, nominations, cas des sortants de l’ENS 2002/2003, arrêtés de stagiarisation et de titularisation, la régularisation inconditionnelle de la situation administrative de plus d’une dizaine d’enseignants des trois paliers menacés de radiation, la régularisation concrète et définitive des situations financières en instance de tous les enseignantes et enseignants qu’ils soient contractuels, stagiaires ou titulaires (salaires, primes, échelons, différents rappels et ponctions à tort…), le déblocage immédiat des 20 39 dossiers des départs retraite en attente de régularisation, le pourvoi de plusieurs établissements des trois paliers en moyens humains et matériels…

Le CNAPESTE dénonce « la gestion opaque et clientéliste des œuvres sociales, condamne avec vigueur la dilapidation de l’argent des travailleurs et met en garde, et la Commissions de wilaya des œuvres sociales, et la Direction de l’éducation quant à ces graves dépassements et détournements », et exprime par ailleurs son « attachement au maintien des acquis sociaux dont le départ à la retraite, la participation des syndicats autonomes dans l’élaboration du nouveau code du travail et l’installation d’un observatoire pour l’amélioration du pouvoir d’achat, etc.

Pour sa part, la fédération de wilaya de la recherche scientifique, affiliée au SNAPAP, a observé hier un rassemblement devant le siège de la wilaya. Les syndicalistes du SNAPAP ont dénoncé les entraves à l’exercice syndical et le non-respect des libertés syndicales par la DOU.

M. Kassa, coordinateur du syndicat, a rappelé qu’une commission de la direction générale des œuvres universitaire avait été dépêchée à Béjaïa et avait ordonné « l’ouverture du dialogue entre les deux parties mais, l’administration est restée sourde depuis, ».

M. Kassa parle de plusieurs dossiers non réglés dont « les promotions, les affectations abusives des syndicats, les ponctions sur salaire, les formations, etc. ». Le Syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE) a tenu aussi un rassemblement hier devant le siège de la Direction de l’éducation pour dénoncer certaines pratiques malsaines de leur tutelle.

Selon M. Badis, « des affectations ont été faites, en catimini, sans la participation des membres de la commission paritaire ».
Pour sa part, M. Hocine Sid Ali nous dira : « La tutelle devait procéder aux nominations des adjoints d’éducation principaux et superviseurs principaux qui ont subi une formation mais cela n’a pas été fait, alors que les délais ont été dépassés et que dans d’autres wilayas ce dossier est déjà clos. »

Notre interlocuteur a soulevé aussi « le refus de la tutelle de leur délivrer des attestations de succès à la place des attestation de fin de formation ». Toujours dans le registre de la protestation, des habitants du village Taourirt Djedida ont bloqué hier le siège de l’APC d’Aït R’zine pour exiger « l’alimentation de leurs foyers en eau potable qui manque depuis de très longs mois », selon eux.

Ces derniers rappellent avoir initié, par le passée, plusieurs actions similaires sans succès. Au niveau de la RN 09, au lieu dit N° 10, à Boukhelifa, des dizaines d’employés d’un chantier de Cevital à l’arrêt ont coupé la route hier matin pour « exiger la reprise des travaux et la fin de leur congé d’office ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email