-- -- -- / -- -- --
Nationale

Une jeune vendeuse poignardée sur son lieu de travail

Une jeune vendeuse poignardée sur son lieu de travail

Poignardée de trois coups de couteau dans le dos, la jeune vendeuse de 25 ans, a succombé avant-hier à ses blessures. Son corps a été découvert dans l’enceinte de la boutique de ventes de kaftans sise au centre-ville d’Ouled Fayet, à Alger.

La population de la commune d’Ouled Fayet, distante de dix kilomètres d’Alger-Centre, est sous le choc après le crime barbare dont fut victime, avant-hier, une jeune fille de 25 ans, vendeuse de vêtements traditionnels.

La victime qui habite non loin du magasin, voire à vol d’oiseau, a été poignardée de trois coups de couteau et non pas brûlée comme cela a été rapporté par certains médias.

Nous étions sur place, au lendemain du crime crapuleux, devant la boutique où la victime travaillait comme vendeuse, Ici les habitants d’Ouled Fayet ne parlaient que de ce sujet.

« Nous étions dans la même classe, à l’école sise au centre-ville d’Ouled Fayet. C’était une fille très cultivée, brillante et aimable avec tout le monde, mais voilà que des gens, des barbares lui ont ôté la vie sans aucune pitié, ni âme » nous disait hier, un jeune homme, âgé de 25 ans.

L’ex-camarade de classe est sous le choc ; il n’arrive toujours pas a réaliser ce qui vient d’arriver à sa voisine. Ce dernier ajoute que « les auteurs de cet acte barbare semblent bien connaître le lieu du moment qu’ils sont passé à l’acte en plein jour.

Personne n’a entendu les cris ni même constaté un mouvement anormal devant la boutique ». « Elle habitait juste là, à quelques mètres de la cité AADL. Elle passait tous les jours par-là, devant le point de vente de Condor.

Elle était timide et marchait la tête basse », raconte un agent de sécurité d’un point de vente Condor (électroménager et électronique). Son collègue surgit à son tour et explique que « nous sommes, les premiers, à arriver rapidement à l’intérieur de la boutique après le drame. Mes collègues et moi étions choqués lorsque nous avons vu l’horrible scène.

A notre arrivée, nous avons trouvé le corps de la jeune fille immaculé de sang. Une image qui restera gravée dans nos mémoires. A vrai dire, ni la jeune fille a été brûlée ni même la boutique incendiée, contrairement à ce qui a été révélé par beaucoup de gens et rapporté par les médias ».

Quelques dizaines de minutes après le drame, les agents de sécurité de Condor ont été rappelés par la direction pour prendre l’écart de l’endroit où a été tuée la victime.
Une dizaine de minutes après, les gendarmes de la brigade territoriale d’Ouled Fayet sont arrivés, alertés par les agents de sécurité de Condor.

Une fois qu’ils ont constaté le corps de la jeune vendeuse immergé dans le sang, ce qui explique un homicide volontaire, les gendarmes ont fait boucler le périmètre, appuyés, presqu’une heure après, par une équipe de la police scientifique relevant de l’Institut national de criminologie et de criminalistique (INCC) pour le prélèvement des empreintes digitales et la récolte des pièces à conviction (des éléments cruciaux pour une enquête).

En attendant que les gendarmes révèlent les résultats de l’enquête, les auteurs de ce crime barbare courent, quant à eux, dans la nature.

La criminalité s’amplifie à Oued Fayet

En l’espace de quelques mois seulement, la commune d’Ouled Fayet, autrefois paisible, est devenue un grand espace très fructueux pour les bandes de malfaiteurs. La criminalité s’est amplifiée avec le grand élargissement qu’a connu cette paisible commune en matière de construction.

La construction de milliers de logements a fait grimper le nombre des habitants deux fois plus qu’avant. Face à la révolution urbaine, la criminalité, a connu une nette montée. Il y’a deux semaines de cela, deux véhicules ont été cambriolés à la cité des 940 logements AADL.

Après les vols successifs de véhicules (voir nos éditions précédentes) toujours à la cité AADL d’Ouled Fayet, suivis d’une tentative d’enlèvement d’un enfant de 6 ans et d’agressions répétitives à arme blanche, dont furent victimes de nombreux citoyens par des inconnus armés, cela sans parler des vols successifs des compteurs à eau et gaz.

La société Sonelgaz a déjà déposé 46 plaintes au niveau de la brigade de la Gendarmerie nationale d’Oued Fayet.

Le 13 mai dernier, cette fois c’est un réseau de trafic de cocaïne en activité à Ouled Fayet qui a été démantelé par les gendarmes de la brigade de Palm Beach. En tout, six trafiquants présumés, dont trois repris de justice demeurant à Ouled Fayet ont été arrêtés par les gendarmes, suite à un contrôle de deux véhicules de marque Feat Ibiza circulant au centre-ville d’Ouled Fayet.

Les gendarmes ont saisi 358 comprimés de psychotropes, découverts dans un sac à main dissimulé sous les sièges arrières d’un des deux véhicules de marque Seat Ibiza, ayant à son bord quatre suspects.

Le conducteur, un repris de justice, le dénommé M.D. âgé de 25 ans, demeurant à Ouled Fayet, alors que les gendarmes conduisaient ses trois compagnons, dont deux repris de justice, vers le poste du dispositif de barrage pour identification, a profité pour prendre la fuite à bord de son véhicule en direction de la ville de Staouéli.

Aussitôt, les recherches déclenchées, les gendarmes de ladite brigade territoriale ont conduit à 22 heures, à l’interpellation du mis en cause à bord de son véhicule à Staouéli.

En outre, à 23 heures, lors d’une patrouille à la sortie de la commune de Staouéli, les gendarmes de la brigade locale ont interpellé deux autres trafiquants présumés à bord d’un véhicule de marque Seat Ibiza, en possession de 22 grammes de cocaïne, 70 comprimés de psychotropes et la somme de 83 000 DA, représentant le produit de vente de ces substances.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email