-- -- -- / -- -- --
Monde

Une histoire vraie: un algérien kidnappé en 1759 par des pirates espagnoles se retrouve en Amérique

Une histoire vraie: un algérien kidnappé en 1759 par des pirates espagnoles se retrouve en Amérique

Samuel Givens tenait son fusil sous son bras et s’approchait d’un arbre gigantesque couché dans la forêt de Staunton pour l’examiner. Il regarda autour de lui et, dans le coin de l’oeil perçut un mouvement dans la cime des arbres.

En un instant, son fusil fut entre ses deux mains, braqué sur la créature qui bougeait furtivement entre les feuilles. Au moment de faire feu, Givens s’aperçut que la bête n’en était pas une : un homme hirsute, chaussé de loques et entièrement nu, le regardait de ses yeux morts de faim.

L’homme parlait dans un charabia étrange et Givens, ne connaissant aucune autre langue que l’anglais, ne comprenait absolument rien. Dans les jours qui suivirent, Samuel Givens hébergea et nourrit l’homme étrange et quand il fut capable de monter un des chevaux, il l’emmena chez le capitaine John Dickinson, à Windy Cove, l’actuel Milboro en Virgine.

Pendant plusieurs mois, Dickinson prit soin de l’homme et, avec l’aide de la famille, lui apprit à parler anglais.

Quand il commença à maîtriser la langue, l’homme raconta son histoire :

Il s’appelait Salim et était algérois, d’Alger en Afrique du Nord. Il était issu d’une famille riche et respectable. Son père l’avait envoyé à Constantinople pour faire son éducation. Ayant terminé ses études, il reprit la mer pour rentrer à Alger.

Un corsaire espagnol les attaqua en cours de route et le fit prisonnier. A cette époque, 1759, les Espagnols étaient alliés à la France et il fut remis à un navire français qui faisait route vers la Nouvelle-Orléans.

Ayant vécu quelque temps à la Nouvelle-Orléans, les français décidèrent de l’emmener au dela des fleuves Mississipi et Ohio, chez les Shawnee. Les français l’abandonnèrent là.

Salim avait retenu un peu de la géographie dans les mois précédents et savait que les anglais avaient des colonies dans l’Est : il décida de s’évader et de tenter sa chance vers l’orient.

Sans vivres, sans munitions, sans armes et sans aucune connaissance du pays, il partit vers le soleil levant, échappant aux indiens, aux français et aux bêtes sauvages sur des centaines de kilomètres dans un désert montagneux hostile et complètement inconnu de lui. A travers les bois, il se contenta de noix et de baies pour tout aliment. Les arbustes sauvages se chargèrent de déchirer ses vêtements et au bout d’un certain temps, il n’était plus habillé que de vagues guenilles, inutiles face au froid.

Pratique, il mit tout ce qui lui restait comme loques autour de ses pieds pour pouvoir marcher. Il était nu et son corps était quasiment déchiqueté par les ronces et les épines. Pendant des semaines, il progressa, affamé, blessé et épuisé.

Se sentant vulnérable et proche de la mort, il décida dans un ultime effort de grimper à un arbre pour éviter une attaque de bête sauvage et dans le dérisoire espoir d’être secouru.

Samuel Givens apparut miraculeusement à ce moment précis. (suivra)

Un portrait de Salim agé alors de 55 ans par Charles Willson Peale

*****

Note de l’auteur: Il s’agit d’une histoire authentique rapportée par Charles Culbertson, un journaliste, écrivain et historien américain et d’autres sources. Un livre qui lui est consacré sortira prochainement en Algérie 

Histoire originale ici
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email