-- -- -- / -- -- --
Monde

Une guerre contre un Etat souverain

Une guerre contre un Etat souverain

En répliquant à la proposition faite par 51 responsables du Département d’Etat en faveur d’une intervention militaire américaine pour écarter du pouvoir le président syrien Bachar al-Assad, la Maison Blanche a indiqué « qu’elle n’est pas faisable » contre un Etat souverain soutenu par la Russie et l’Iran.

« Il sera difficile d’imaginer jusqu’où on parviendra dans cette guerre contre un Etat souverain soutenu par la Russie et l’Iran », a indiqué le mercredi, le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest.

Précisant que le président Obama œuvre pour éviter les résultats obtenus du lancement d’opérations militaires contre l’Irak en 2003. « Le président est déterminé à s’assurer que les Etats-Unis ne fassent pas l’évaluation mal avisée de croire que, d’une manière ou d’une autre, nous pourrions réussir en imposant une solution militaire en Syrie » a-t-il affirmé.

La note des responsables du Département d’Etat américain fait la promotion de l’utilisation de la force contre la République arabe de Syrie et de la création d’une « zone de sécurité » dans le nord de la Syrie.

Elle a été qualifiée par Earnest de « terrain glissant » Selon lui, le président Obama souhaite éviter une invasion militaire de la Syrie car il ne croit pas que ce serait dans l’intérêt du pays et qu’il est convaincu qu’il faut se concentrer sur la lutte contre Daech, tandis que l’affrontement de la Syrie n’aide pas à réaliser l’objectif le plus large.

Rediriger ces atouts contre le « régime d’Assad ne ferait pas avancer notre objectif général », conclut le porte-parole de la Maison Blanche. Par ailleurs des observateurs indépendants estiment que les Etats-Unis « ne veulent pas mettre fin à la guerre contre la Syrie ni régler l’affaire à la table de négociation ».

« Ils veulent voir leurs exigences satisfaites à 100%, à savoir la chute du gouvernement syrien, la dissolution de l’Etat syrien et la mise en place d’une administration américaine par procuration, en Syrie », indique le site Moon of Alabama.

Et d’jouter : « Lorsque le cessez-le-feu a été instauré en Syrie, fin février, Obama n’a pas respecté son engagement de séparer les « rebelles modérés », soutenus par les États-Unis, d’Al-Qaïda. En avril, les rebelles soutenus par les Américains, les talibans comme Ahrar al Sham, et Al-Qaïda se sont réunis pour attaquer le gouvernement syrien au sud d’Alep. Les forces par procuration des Etats-Unis ont violé le cessez-le-feu ».

Deux résolutions de l’ONU stipulent qu’Al-Qaïda en Syrie doit être combattu quoiqu’il en coûte. Mais les États-Unis ont, au moins par deux fois, demandé à la Russie de ne pas bombarder Al-Qaïda. Ils prétendent à tort qu’il ne leur est pas possible de séparer leurs « modérés » d’Al-Qaïda et qu’une attaque contre Al-Qaïda toucherait également leurs amis « modérés ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email