-- -- -- / -- -- --
Culture

Une fois n’est pas coutume

Une fois n’est pas coutume

Après une première œuvre montée autour du même personnage par le Théâtre régional de Constantine, Salah Bey revient sur les planches avec l’association Chihab d’Annaba. Une pièce présentée dans la soirée de ce mardi 23 juin à Constantine.

Mise en scène par Sami Ghrissi sur un texte de l’écrivain et historien algérien Hassan Derdour, la pièce s’ouvre sur trois belles algéroises éblouies par le passage du cortège de Salah Bey se dirigeant vers le Trésor (Beit El Mal) pour remettre la redevance annuelle du Beylick de l’Est.

Dans une euphorie indescriptible, les trois belles femmes se donnent la réplique pour relater les actions d’éclat et les réalisations du « Bey des Beys » envers sa population, elles vantent le courage et l’ambition de celui dont la réputation a dépassé son Beylick pour atteindre la capitale algérienne.

Arrive alors la princesse, épouse du Dey d’Alger Hocine Pacha et fille du Khaznadji (chargé de la trésorerie) dont la mort est attribuée à Salah Bey. La princesse, animée par un esprit de vengeance murmure à l’oreille de son époux pour lui suggérer d’exécuter Salah Bey.

Dans un voyage intemporel entre Alger et Constantine, les tableaux se succèdent, les faits s’accélèrent et se compliquent et les conspirations contre Salah Bey s’amplifient de toutes parts jusqu’à ce que le Dey d’Alger le relève de ses fonctions et le remplace par un nouveau Bey, Brahim Bousbai.

Salah, dont le rôle est incarné par Mohamed-Laïd Kabouche, refuse d’abdiquer, défie la Sublime Porte et tue le nouveau bey au cours d’un duel. Constantine, alors assiégée par l’armée du Dey d’Alger, est secouée par une vive agitation opposant partisans et rivaux de Salah.

Celui-ci, dans un moment de lucidité, comprend les conséquences sur la population d’une telle rébellion et finit par accepter son sort.

Le rideau tombe sur l’exécution de Salah Bey sur fond de la chanson Galou lârab galou, cette mélopée qui a immortalisé le plus grand gouverneur de l’époque ottomane que Constantine a connu.
Suivie avec beaucoup d’intérêt par un public averti, cette seconde pièce (quelques mois après celle du Théâtre régional de Constantine) est, selon un spectateur, « un autre voyage à travers la si riche histoire de Constantine et de la régence d’Alger », rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

Pour son metteur en scène, elle « perpétue la légende de Salah Bey », estimant que ce travail, inspiré d’un texte écrit il y a près cinquante ans, permet au public d’avoir « une autre vision » sur celui que l’on appelait « le Bey des Beys ».

Inscrite au programme du département Théâtre de la manifestation Constantine, capitale 2015 de la culture arabe, cette pièce de l’association Chihab dont la scénographie est signée Nadjem Cherrad, sera présentée dans les wilayas d’Oum El Bouaghi, de Batna, de Béjaïa, de Sétif, de Djelfa et de Naâma.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email