-- -- -- / -- -- --
Culture

Une édition pour redécouvrir la musique africaine

Une édition pour redécouvrir la musique africaine

En plus d’avoir offert au public nombreux de Tamanrasset, et aux touristes venus dans la région en fin d’année, une programmation musicale éclectique, le 5e Festival des arts de l’Ahaggar a été marqué par une tendance à revisiter les musiques et les instruments traditionnels africains.

Une semaine durant, le campement du Festival international d’Abalessa Tin Hinan pour les arts de l’Ahaggar (Fiataa) a connu une grande affluence du public attiré par la musique assouf et ishumar et les activités des ateliers du campement malgré des conditions météo très rudes en soirée.

Cet engouement pour ces deux styles très en vogue dans la région a permis par la même occasion au public de la région et aux touristes algériens venus en vacances de découvrir ce qui se fait dans les pays voisins : Mali, Niger, Mauritanie et Burkina Faso en matière de musique.

En plus d’avoir donné leur chance à de jeunes groupes comme Imazourag, Aguenar, Ithran n’ahaggar ou encore Toumast Ténéré, le Fiataa a offert aux spectateurs l’occasion de découvrir la musique du griot malien Bassekou Koyaté, de la troupe mauritanienne Sahel Khoumaissa, des Tindé Dissawat ou encore celle du musicien nigérien Yakouba Moumouni.

Toutes ses formations et d’autres encore ont confirmé une tendance dans les pays du Sahel à revenir aux fondamentaux culturels de leurs sociétés, d’adhérer à la modernité et aux impératifs musicaux d’aujourd’hui tout en mettant en avant des instruments ancestraux comme la n’goni, la kora et la Tama.

Une démarche qui permettra à la culture africaine de « s’imposer par son authenticité » et de fédérer des peuples que « la culture réunit et que les conflits déchirent ». Même si le spectacle et le public sont toujours au rendez-vous, et que le festival participe au rayonnement de la culture de l’Ahaggar dans son sens le plus large, le Fiataa peine encore à se stabiliser et à s’élever en événement de référence dans la région à même d’attirer des touristes nationaux ou étrangers.

Les organisateurs avaient exprimé, depuis la création de ce festival en 2009, leur volonté de participer au renouveau du tourisme et de la dynamique économique dans la région, mais le Fiataa peine encore à atteindre cet objectif en raison de l’instabilité des dates de tenue de l’événement, ce qui influe négativement sur la programmation et sur la préparation du festival.

Le commissaire du festival Ahmed Aouali a indiqué à l’APS que le Fiataa sera « fixé au mois de novembre » à partir de 2015 et que « la préparation de la 6e édition était déjà en cours » pour remédier à l’instabilité qui a perturbé les deux dernières, même si il a estimé que le Fiataa avait atteint 70% de ses objectifs en matière d’animation et de mise en valeur du patrimoine local.

Des journées d’études sur les « méthodes d’approche des inventaires et de la collecte du patrimoine immatériel » seront organisées en avril alors qu’une résidence d’artistes chapeautée par le chanteur Akli D se tiendra en février. Vu le regain d’affluence de touristes nationaux, le commissaire du festival a évoqué l’éventualité d’un « partenariat avec les professionnels du tourisme pour organiser des séjours pendant le festival ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email