-- -- -- / -- -- --
Monde

Une dizaine de Palestiniens blessés dans des heurts à Al-Aqsa

Une dizaine de Palestiniens blessés dans des heurts à Al-Aqsa

Nouvelle agression israélienne contre le troisième lieu saint de l’Islam. En effet, plus de 300 soldats d’occupation ont pénétré hier matin l’esplanade des Mosquées, pour réprimer les fidèles palestiniens qui manifestaient contre la profanation du lieu par des extrémistes juifs. Les incidents se sont étendus à la Vieille ville de Jérusalem.

Après plusieurs jours de tensions, dans la ville sainte, des extrémistes juifs se sont donné rendez-vous devant l’esplanade des Mosquées à 7h30 heure locale (5h30 heure algérienne) pour soutenir l’intégriste israélien Yehuda Glick, qui rêve de démolir les mosquées pour ériger à leur place le fameux temple juif, blessé il y a une semaine.

La version israélienne des faits demeure très largement mensongère et reflète la position de la puissance occupante. Elle se passe de tout commentaire.

« Des dizaines de manifestants ont lancé des pierres et des pétards vers les forces de l’ordre, qui ont ensuite pénétré sur le mont du Temple (Sic, nom donné par les juifs à l’esplanade des Mosquées) et repoussé les manifestants vers l’intérieur de la mosquée », a déclaré la porte-parole de la police Luba Samri. Le directeur du complexe saint d’Al-Aqsa, cheikh Omar Al-Kiswani, a affirmé pour sa part, que les policiers israéliens ont profané la Mosquée en y pénétrant pour poursuivre les fidèles palestiniens en colère.

L’entrée des forces de police s’est fait à partir de la porte des Maghrébins, qui jouxte le mur des Lamentations, pour accompagner les extrémistes juifs. Par mesure de sécurité, les forces d’occupation avaient interdit l’accès à l’esplanade des Mosquées aux Palestiniens âgés de moins de 50 ans, de même pour les femmes et les étudiants.

Selon le journal israélien Haaretz, deux Palestiniens ont été grièvement blessés par des balles en caoutchouc tirées par la police.

La chaine de télévision Al Arabiya avance elle le chiffre de 7 blessés dans un état grave. Les incidents se sont étendus à l’extérieur de l’esplanade, dans la vieille ville de Jérusalem qui jouxte le lieu saint.

Près de la porte des Lions, les policiers ont tiré des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes sur la foule amassée, dans laquelle se trouvaient des dizaines d’enfants attendant de se rendre dans les écoles voisines.

Les policiers, déployés par centaines dans la vieille ville survolée par les hélicoptères, ont ensuite entrepris de repousser la foule loin de l’esplanade des Mosquées. L’accès au site a été temporairement fermé aux visiteurs dans la matinée, comme l’a confirmé sur Twitter la journaliste de BBC World, Julia Macfarlane. En milieu de matinée, la chaine Aljazeera a affirmé que les accès à l’esplanade des Mosquées a été rouvert.

Ce nouvel accrochage survient dans un contexte de forte tension : fin octobre, Israël avait bouclé pendant plusieurs jours l’accès à l’esplanade, invoquant des raisons de sécurité. Les musulmans avaient vivement protesté. Fin octobre, Mahmoud Abbas qualifiait le blocage de l’esplanade des Mosquées par les policiers israéliens de « déclaration de guerre ». C’est dire si l’incident d’hier est explosif et augure d’une nouvelle intifada qui risque d’être plus violente que les deux précédentes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email