-- -- -- / -- -- --
Monde

Une délégation de l’UE à Téhéran pour «relancer la coopération»

Une délégation de l’UE à Téhéran pour «relancer  la coopération»

Une délégation de commissaires européens, emmenés par la Haute représentante de l’UE Federica Mogherini, se rend samedi en Iran pour relancer la coopération avec Téhéran dans des domaines comme l’énergie ou l’immigration, après la signature de l’accord nucléaire en juillet dernier, a indiqué une source diplomatique.

Dme Mogherini, qui a chapeauté les négociations ayant abouti à cet accord historique entre l’Iran et les grandes puissances, sera accompagnée de sept commissaires dont Elzbieta Bienkowska (Industrie), Violeta Bulc (Transports) et Miguel Arias Canete (Climat et Energie).

« Se réengager avec l’Iran est désormais possible », a souligné cette semaine un haut responsable européen, rappelant que l’accord visant à garantir la nature pacifique du programme nucléaire iranien « a ouvert la voie pour élargir le spectre des relations » entre l’UE et Téhéran.

Le début de normalisation de leurs relations concerne notamment le commerce et l’investissement, pour lesquels les entreprises européennes sont sur les rangs face à leurs concurrentes américaines.

Trente-trois banques iraniennes, dont la Banque centrale, sont désormais connectées au système Swift de paiements internationaux, et « nous sommes en contact avec nos homologues américains pour discuter les sanctions encore en place afin d’assurer de la clarté aux entreprises », a précisé le responsable européen cité par l’AFP.

L’Iran « veut rejoindre l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) et nous sommes prêts à jouer un rôle de soutien », a-t-il ajouté. Par ailleurs, le gaz et le pétrole, dont l’Iran détient les deuxièmes et quatrièmes réserves mondiales, « sont évidemment des domaines de coopération », selon ce diplomate, au moment où l’UE cherche à diversifier son approvisionnement énergétique, jusqu’ici très dépendant de la Russie.

Alors que l’UE traverse une crise migratoire sans précédent, certains dirigeants pointent la nécessité de mieux coopérer avec l’Iran sur les quelque trois millions d’Afghans qui se sont réfugiés dans ce pays. Récemment, des milliers d’Afghans sont venus grossir les rangs des migrants et réfugiés qui traversent la mer Egée pour rallier, par les îles grecques, le territoire européen.

Ce qui fait craindre à certains qu’une nouvelle vague, de réfugiés afghans cette fois, se prépare alors que la situation en Afghanistan leur fait perdre tout espoir de rentrer un jour dans leur pays. L’environnement et les ressources aquatiques, les échanges universitaires et les programmes de recherche, les énergies renouvelables et les droits de l’homme sont également à l’ordre du jour de la visite.

Par ailleurs, l’UE veut aussi croire en la volonté de Téhéran d’avoir une « influence positive » sur deux conflits majeurs dans la région : en Syrie, où l’Iran soutient le gouvernement de Bachar al-Assad, et au Yémen, en proie à la guerre, où une trêve fragile est en place. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email