-- -- -- / -- -- --
Nationale

Une commission des droits de l’homme à pied d’œuvre au CHU de Tizi-Ouzou

Une commission des droits de l’homme  à pied d’œuvre au CHU de Tizi-Ouzou

Une commission d’enquête de la Commission nationale pour la protection et la promotion des droits de l’homme est depuis ce mercredià pied d’œuvre au CHU Nedir-Mohamed de Tizi-Ouzou.

Les inspecteurs de l’instance nationale des droits de l’homme ont passé au peigne fin les différents services du CHU de Tizi-Ouzou. Dans l’après-midi, les membres de cette commission d’enquête ont tenu une réunion avec le directeur de la santé et de la population de la wilaya, le Pr Abbas D’ziri. Cette réunion s’est déroulée naturellement à huis clos. Donc, aucune information n’a filtré sur les résultats de cette inspection. Il faut relever cependant que ces inspecteurs se sont montrés très discrets dans leur travail. Les personnels des différents services médicaux ne se sont pas montrés bavards de leur côté. Seul le chef de service du pavillon des urgences médicales, le Dr Zoubir Hammouche, a accepté de répondre à nos questions.

A la question de savoir si le fonctionnement de son service a suscité la satisfaction des inspecteurs, le Dr Zoubir Hammouche a répondu qu’il ne pouvait pas savoir si réellement les inspecteurs étaient satisfaits de l’état des lieux du service médical en question. « Toujours est-il cependant, poursuit notre interlocuteur, que je peux avancer la thèse selon laquelle rien ne pouvait leur causer quelque mécontentement. » De notre côté, nous avons trouvé l’espace du pavillon des urgences médicales d’une propreté impeccable. Les couloirs, habituellement contenant des lits sur lesquels reposent des patients, étaient étrangement vides et d’apparence spacieux. Le temps de cette journée d’hier on se sentait vraiment dans un hôpital au CHU Nedir-Mohamed. Selon des sources concordantes, les responsables du CHU ont veillé à ce que même les appareils d’air conditionné, habituellement en panne, fassent l’objet d’une réparation. Ce qui semble cependant curieux, c’est le fait que les responsables étaient au courant depuis longtemps de l’arrivée des inspecteurs de cette commission nationale de la protection et la promotion des droits de l’homme. Qui les a donc informés ? Est-ce la commission de la protection et la promotion des droits de l’homme elle-même ? Dans ce cas, les jeux étaient biaisés d’avance.

Car une inspection se fait d’une manière incognito et les inspecteurs concernés par l’enquête n’annoncent pas en fanfare leur arrivée sur les lieux concernés par l’enquête. C’est de cette seule méthode qu’on peut relever des lacunes et des négligences dans le fonctionnement d’un travail donné. Toujours est-il cependant qu’aucun élément probable n’appuie jusqu’à maintenant la thèse selon laquelle ces inspecteurs de la Commission nationale de la protection et la promotion des droits de l’homme ont attribué une bonne note aux dirigeants du CHU Nedir-Mohamed de Tizi-Ouzou. Nous y reviendrons.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email