Une campagne est lancée à partir de ce samedi : Sensibilisation sur les dangers du kyste hydatique – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Une campagne est lancée à partir de ce samedi : Sensibilisation sur les dangers du kyste hydatique

Une campagne est lancée à partir de ce samedi : Sensibilisation sur les dangers du kyste hydatique

A quelques jours de la célébration de l’Aïd-el-Adha, une campagne nationale d’information et de sensibilisation au danger que représentent les kystes hydatiques est lancée, à compter d’aujourd’hui, par le ministère de la Santé, et ce afin de prévenir cette maladie.

Dans un communiqué rendu public, le ministère de la Santé appelle les citoyens au respect des règles d’hygiène lors de l’abattage de leur mouton et même après. Un appel est également lancé à ceux qui accomplissent le rituel du sacrifice concernant le respect de certaines mesures pour éviter tout risque de contamination au kyste hydatique.

« Le kyste hydatique sévit dans notre pays à l’état endémique et constitue un problème de santé publique. Cette maladie, qui est asymptomatique à son début, n’est le plus souvent diagnostiquée qu’au stade de complication (apparition de kystes dans les organes) et nécessite alors une intervention chirurgicale souvent lourde et complexe », selon le ministère. Il poursuit en affirmant que lors de la cérémonie du sacrifice, « les facteurs propices à la diffusion de cette maladie sont réunis », soulignant que la maladie est guérissable mais au prix d’une intervention chirurgicale coûteuse et difficile, qui permet d’extraire le kyste de l’organe touché (foie, poumon, cœur).

Pour être à l’abri, le ministère exhorte les citoyens à prendre toutes les dispositions pour faire contrôler le mouton sacrifié par un vétérinaire, et dans le cas où le contrôle n’est pas possible, est-il précisé, il est nécessaire d’examiner avec précaution les abats (foie, poumons) et les autres viscères du mouton à la recherche de kystes ou de vésicules (boules d’eau) ».

Le ministère recommande aussi de « faire bouillir ou brûler les abats et les autres viscères du mouton qui portent des boules d’eau » et de les « enterrer sous terre (50 cm) de façon à ce que les chiens errants ne les déterrent pas ». Il déconseille, par ailleurs, « d’abandonner dans la nature ces abats et ces autres viscères du mouton qui portent des boules d’eau et ne jamais les donner aux chiens car ils constituent le réservoir du parasite ». Il appelle à « ne pas jeter les abats du mouton parasité avec les ordures ménagères (ce qui constitue de la nourriture pour les chiens errants) ». Il est également recommandé de ne pas oublier de se laver les mains avant les repas et aussi après avoir caressé un chien.

 Le kyste hydatique ou hydatidose, rappelle le ministère, est une maladie parasitaire, contagieuse, caractérisée par le développement chez l’homme, le plus souvent au niveau du foie ou du poumon, de la forme larvaire d’un ver appelé ténia ou echinococcus granulosus.

Pour combattre cette maladie, il faut également, durant toute l’année et non seulement durant l’Aïd-el-Adha, éliminer les chiens errants, les empêcher d’accéder aux abattoirs et traiter ceux qui sont malades par les vétérinaires. Il faut aussi bien se laver les mains avant de manger et bien laver les fruits et légumes avant de les consommer.

Etant donné que le kyste hydatique est une maladie endémique qui constitue un problème majeur pour la santé publique, le ministère estime que la sensibilisation accrue de la population peut permettre de diminuer l’incidence de cette pathologie, et ce en appliquant certaines règles d’hygiène.

Il convient de rappeler que le ministère de l’Agriculture, et afin d’assurer le contrôle vétérinaire des moutons, a annoncé la mobilisation de plus de 2000 vétérinaires pour veiller à la santé du bétail au niveau des différents points de vente autorisés et des abattoirs agréés, outre la mobilisation d’équipes mobiles qui sillonneront les quartiers.

Les vétérinaires concernés veilleront, tout au long des jours précédant l’Aïd, à assurer le respect des conditions d’hygiène, de prévention et de santé vétérinaire, à travers l’accompagnement des éleveurs, tout en s’assurant de leur détention des certificats vétérinaires. Durant les jours de l’Aïd, les mêmes vétérinaires auront à sensibiliser les citoyens quant à l’importance d’appliquer les mesures nécessaires en vue d’éviter tout éventuel cas de kyste hydatique ou d’autres maladies affectant le bétail.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email