-- -- -- / -- -- --
Nationale

Une aubaine pour Sonatrach : Total échoue dans le rachat Anadarko

Une aubaine pour Sonatrach : Total échoue dans le rachat Anadarko

Annoncé comme un gros projet d’acquisition, le groupe français Total ne rachètera pas les actifs de la compagnie pétrolière américaine Anadarko en Algérie.

Le groupe Sonatrach exercera donc son droit de préemption comme annoncé auparavant par le ministre de l’Energie qui avait évoqué « une opération purement économique ». C’est le PDG de Total, Patrick Pouyanné qui a annoncé l’échec du groupe à mener à bien cet important projet d’acquisition.

« Occidental nous a dit officiellement que nous ne pouvons pas acquérir les actifs algériens », a-t-il indiqué, avant-hier, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes à l’occasion de la présentation des résultats trimestriels. Le gouvernement algérien qui avait exprimé son opposition à cette transaction dans le but de protéger les intérêts du groupe pétrolier sonatrach a eu finalement gain de cause. Le dossier, rappelons-le, remonte à l’année dernière, lorsque le groupe pétrolier français avait annoncé un accord avec l’américain Occidental Petroleum en vue de racheter pour 8,8 milliards de dollars (7,8 milliards d’euros) les actifs d’Anadarko en Algérie, au Ghana, au Mozambique et en Afrique du Sud.

Cette opération était liée au rachat d’Anadarko par Occidental Petroleum. Total qui avait mis en avant « l’opportunité d’acquérir un portefeuille d’actifs de classe mondiale en Afrique », lui permettant de « renforcer sa position de leader parmi les sociétés privées internationales sur le continent », ne réalisera pas cet objectif en échouant dans l’acquisition de ces actifs en Algérie, quoique le groupe ait validé la transaction au Mozambique, le mois d’octobre passé. L’Algérie s’est opposée et en décembre 2019, le ministre de l’énergie, Mohamed Arkab, avait affirmé que le « recours de la Compagnie nationale des hydrocarbures (Sonatrach) à l’exercice de son droit de préemption sur les actifs d’Anadarko en Algérie, dans le cadre d’un contrat de partenariat dans le périmètre de Hassi Berkine, est une opération purement économique ».

Il avait indiqué que « Anadarko, partenaire de Sonatrach sur le périmètre de Hassi Berkine a sollicité l’approbation du ministre de l’Energie, pour le changement de contrôle sur ses intérêts dans le périmètre de Hassi Berkine suite à une opération de fusion-acquisition entre les compagnies pétrolières américaines Anadarko et Occidental Petroleum ».

Le ministère de l’énergie s’adosse sur la nouvelle loi sur les hydrocarbures pour faire valoir ses droits sur ces actifs. En effet, le ministre de l’Energie avait précisé que l’exercice du droit de préemption s’inscrit dans le cadre de l’application de la loi sur les hydrocarbures en vigueur en pareil matière. La décision d’exercer le droit de préemption est surtout motivée par le fait que le périmètre de Hassi Berkine est fortement rentable et continuera à pomper du pétrole jusqu’au 2036 voire jusqu’au 2040 selon une étude.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email