-- -- -- / -- -- --
Culture

Une atmosphère chargée d’émotions à l’écoute des chants patriotiques

Une atmosphère chargée d’émotions à l’écoute des chants patriotiques

Trois ministres ont tenu à être présents au palais de la Culture pour le grand concert de l’Orchestre symphonique national, et ce afin de marquer, de manière officielle, l’importance que revêt pour la nation algérienne la célébration de la fête de l’Indépendance.

Ainsi, Ramtane Lamamra, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abderrahmane Benkhalfa, ministre des Finances, ainsi que Amara Benyounès, ministre du Commerce. Pendant plus de deux heures, ils ont partagé avec le public, venu très nombreux, de la musique et des chants savamment interprétés à la gloire de la date chère à tous les Algériens, le 5-Juillet.

Il a même fallu installer des chaises sur la scène, une initiative qui n’a jamais été entreprise dans les annales du palais de la Culture. Le programme, élaboré et conçu par le directeur de l’Orchestre symphonique national Abdelkader Bouazzara, et le maestro Amine Kouider, était des plus captivants et était judicieusement adapté à l’esprit du recouvrement de la souveraineté nationale après cent trente-deux ans d’un odieux colonialisme.

L’interprétation des chants patriotiques a été dévolu à deux grandes voix de la scène artistique algérienne, Nada El-Rayhane et Samir Toumi. A eux deux, ils ont su créer une intense atmosphère émotionnelle. Les musiciens de l’Orchestre symphonique national se sont également surpassés, alliant talent et virtuosité.

Parmi ces musiciens se démarque l’interprétation subtile et raffinée de Djamel Ghazi, un géant de la pratique de la flûte traversière en Algérie. Les accents hautement mélodieux de cet instrument ont su faire revivre l’âme de la révolution de Novembre et toucher ainsi les cœurs des spectateurs. Les textes et la musique des chants programmés pour ce concert ont pour auteurs des noms illustres de la composition musicale algérienne.

Abdelkader Bouazzara souligne : « Pour donner plus de valeur à nos chants patriotiques, nous avons fait appel à des auteurs et compositeurs nationaux qui ont l’amour de l’Algérie dans les veines, à l’image de El-Hadj M’hamed El-Anka, Noubli Fadel, Abdelwaheb Salim, Kortbi et Deriassa. » Dans le programme ont été inclus également des compositeurs algériens, dont Hocine Bouifrou.

Ce compositeur de génie est l’auteur de nombreuses pièces de notre patrimoine musical adapté sous forme symphonique. Hocine Bouifrou, un instrumentiste de renom concernant le violon et la trompette, a arrangé pour ce concert sous forme académique Noubet Zidanre, chanté par Samir Toumi. Après avoir enchanté le public d’Alger, l’Orchestre symphonique national s’est déplacé hier à Bouira pour faire partager cette même émotion de la fête de l’indépendance à la maison de la Culture Ali-Zaamoun.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email