-- -- -- / -- -- --
Culture

Un savoir-faire indiscutable

Un savoir-faire indiscutable

C’est en grande pompe que l’inauguration du premier Salon de poterie d’Ath-Khir dans la commune d’Ath-Khellili et daïra de Mekla a été donné jeudi dernier par les autorités de wilaya de Tizi-Ouzou.

Cette manifestation qui prendra fin aujourd’hui, a été une occasion de révéler le savoir-faire indiscutable de ces villageois en matière de poterie.

De longtemps, l’on avait cru que l’art du potier était le propre cachet de la région de Maâtkas. Donc, ce premier Salon potier d’Ath-Khir a démontré le contraire. Et comment ! Au cours de cette première journée, les objets potiers exposés par les quelque 20 artisans potiers ayant pris part à cette manifestation ont suscité bel et bien l’admiration du public venu nombreux au rendez-vous.

Dans les différents stands, sont exposés les jarres, les cruches, les grands plats (el-djfoun), les marmites, et les couscoussièrs et tant d’autres éléments matériels de nature culinaire. En fait, le savoir-faire de la grande famille potière d’Ath-Khir porte surtout sur le matériel culinaire.

En amoureux et fin connaisseur de la poterie, un citoyen remarquera également l’aspect particulier de la poterie d’Ath-Khir, à savoir l’absence de peinture de couleurs vives sur les surfaces des objets.

Puisque ce sont des articles à usage culinaire, les potières et potiers ont préféré le gris foncé ou le brun vif ; ce qui n’est pas le cas de la poterie de Maâtkas ou celle de Tunisie qui commence à inonder le marché potier algérien.

Ce rendez-vous d’Ath-Khir a été également une opportunité pour le visiteur de découvrir la matière de fabrication de l’objet en pate argileuse extraite de la terre à coups de pioche, jusqu’à devenir un objet aux formes géométriques voulues par l’artiste potier.

Sur un autre segment, cette manifestation d’Ath-Khir a bel et bien renseigné qu’au-delà de son aspect artistique et culturel, le produit peut aussi révéler son côté économique et commercial. D’ailleurs, le directeur de la Chambre de l’artisanat et des métiers de la wilaya, Abdelkrim Berki, a mis l’accent sur l’aspect économique de ce produit en argile à la signature du village d’Ath-Khir.

Le seul point discutable de ce salon est sans doute son lieu d’organisation. L’effet et l’impact auraient été sans nul doute plus importants s’il a été organisé au chef-lieu de wilaya. Le village d’Ath-Khir est effectivement trop éloigné du principal centre de communications et d’échanges de la wilaya de Tizi-Ouzou et qui n’est autre, rappelons-le, que Tizi-Ouzou-ville.

Les artisans et artistes potiers de Maâtkas auraient tout à gagner eux aussi en optant pour le chef-lieu de wilaya pour leur rendez-vous annuel de poterie. Les Ath-Hichem ont déjà compris l’impact de la communication sur leur tapis dont leur décision de transférer la manifestation de leur village à la capitale du Djurdjura.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email