-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Un reconfinement est-il envisageable ? 

Un reconfinement est-il envisageable ? 

L’augmentation des contaminations journalières au coronavirus se confirme. Pour le cinquième jour consécutif, le nombre de nouveaux cas augmente, dépassant la barre des 200 cas en 24 heures. Une situation épidémiologique qui ne rassure pas, laquelle a pourtant connu une stabilité. 

Pour éviter un éventuel rebond de contaminations, certains responsables locaux anticipent en prenant des mesures préventives. C’est le cas du wali de Aïn Témouchent qui a décidé d’instaurer un couvre-feu de 18 h jusqu’au lendemain à 6 h. Ce couvre-feu, qui est entré en vigueur le jeudi 15 octobre, prendra fin le mercredi, soit pour une durée de 7 jours. Il concerne les communes relevant des daïras de Béni Saf et Lehassa. Dans le communiqué diffusé par la wilaya, on précise que cette mesure s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus. Il a été décidé de la fermeture temporaire et préventive des magasins, les grands espaces et les activités commerciales et sportives dans les communes en question. En effet, les walis peuvent, après accord des autorités compétentes, prendre toutes les mesures qu’exige la situation sanitaire de chaque wilaya, notamment l’instauration, la modification ou la modulation des horaires de la mesure de confinement à domicile partiel ou total d’une ou de plusieurs communes, localités ou quartiers connaissant des foyers de contamination.

Le relâchement dans le respect des gestes barrière constaté ces derniers jours peut engendrer une nouvelle vague de contaminations, d’où l’inquiétude des spécialistes qui prônent le respect strict des gestes barrière. Des observateurs n’écartent pas l’éventualité d’un reconfinement, du moins partiel, pour limiter la circulation du virus, surtout qu’il va y avoir la rentrée scolaire.

L’évolution de la situation de la pandémie du coronavirus en Algérie et dans le monde a contraint les autorités du pays à reporter l’inauguration de la Grande Mosquée d’Alger prévue pour le 1er novembre. Dans son communiqué, le Conseil du gouvernement, qui s’est réuni mercredi dernier, a indiqué que « la situation de la pandémie du coronavirus (COVID-19) et son évolution aux niveaux mondial et national empêchent l’inauguration de Djamàa El-Djazaïr en présence des autorités religieuses musulmanes des cinq continents, des institutions et universités du monde musulman, des organisations internationales islamiques, des oulémas et des intellectuels ». Son inauguration est donc reportée jusqu’à l’après-crise sanitaire. Les mosquées ayant une capacité d’accueil supérieure à 1 000 fidèles sont cependant autorisées à ouvrir leurs portes à compter du 6 novembre, bien que l’évolution de la situation épidémiologique ne peut être prévue à l’avance.

L’Algérie, qui a « réussi » le déconfinement, bien que neuf wilayas soient toujours soumises à un couvre-feu de 23 heures à 6 heures jusqu’à la fin du mois en cours, n’est pas à l’abri d’un nouveau confinement si la courbe ascendante venait à se maintenir encore longtemps. Selon des spécialistes, si cette hausse devait perdurer au-delà d’une semaine, elle serait préoccupante.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email