-- -- -- / -- -- --
Nationale

Un quart des 72 700 familles de sites précaires relogé

Un quart des 72 700 familles de sites précaires relogé

Depuis juin 2014, un quart des 72 700 familles habitant dans des habitations précaires de la wilaya d’Alger, a été relogé dans de nouvelles cités à travers seize opérations de recasement organisées par la wilaya.

Ces 72 752 familles vivaient à Alger dans des bidonvilles, des chalets, des quartiers vétustes, des « IMR », des caves, des terrasses et d’anciennes fermes agricoles (haouch), selon un recensement réalisé par la wilaya d’Alger en juillet 2007 et actualisé en juillet 2013, font partie du programme de relogement qui a été arrêté sur décision du président de la République.

La 16e opération de recasement, qui a profité lundi dernier aux habitants des quartiers de « Climat de France » (Oued Koreiche), « Les Palmiers » et « Boumaâza » (Bachdjarrah), a porté à 15 800 le nombre de familles qui ont été relogées des logements neufs, il y a aussi les familles qui ont bénéficié de logements sociaux à Birtouta, Heuraoua, les Eucalyptus, Baraki, Ouled Chebel, Douéra, Khraïcia et Larba (wilaya de Blida).

Le bilan global de la wilaya d’Alger, initiatrice de l’opération, indique que 16 833 familles ont été recasées, soit 100 998 personnes, en tenant compte des 1 040 logements sociaux participatifs (LSP) distribués en mai dernier dans la commune de Rouïba, à l’est d’Alger, mais qui ne relèvent pas du même programme a-t-on appris.

En six mois, la mise en œuvre du programme, de résorption de l’habitat précaire dans la capitale a débouché sur un exploit jamais réalisé à Alger ni ailleurs selon le wali.

Sur décision du président de la République, un programme de relogement de ces familles a été arrêté. Ce plan, doté de 84 766 logements implantés à Alger, Blida et Boumerdès, a livré un premier quota de 25 808 unités qui ont été distribuées dans leur majorité depuis le 21 juin dernier.

En plus des 15 800 logements distribués, ce premier quota a fait profiter les wilayas de Blida et Boumerdés à hauteur de 3 200 logements du fait qu’elles accueillent sur leurs territoires une partie du programme global.

Si les conditions météorologiques le permettent, 11 200 logements seront en effet réceptionnés en mars 2015, après la réalisation des différents travaux d’aménagement (voirie et réseaux divers) dont les chantiers viennent d’être lancés, selon le wali Abdelkader Zoukh.

La priorité sera ainsi accordée aux 4 500 familles du bidonville « Erramli » dans la commune de Gué de Constantine, qui seront toutes relogées dans le même quartier.

L’APC de Gué de Constatine et la wilaya déléguée de Bir Mourad Raïs viennent d’entamer l’étude des dossiers de ces familles, mais la wilaya a besoin, selon M. Zoukh, de trois mois pour achever cette opération et de 15 jours pour un déménagement par phases.
« Les familles d’Erramli sont impatientes de déménager, mais nous sommes plus impatients qu’elles car ce bidonville, le plus grand de la capitale, gêne les travaux de construction du viaduc de Oued Ouchayah et d’aménagement de Oued El Harrach », a souligné le wali dans sa dernière déclaration.

Le programme de recasement des familles issues des sites précaires d’Alger, dont l’offre en logements dépasse la demande, se poursuit pour notamment permettre le lancement ou la reprise des travaux de réalisation de projets de grande envergure.

Le programme de relogement a ainsi permis de relancer des chantiers comme la ligne ferroviaire électrifiée à double Birtouta-Zéralda, le barrage de Douéra et le stade communal de Birkhadem par la libération des terrains squattés par des indus-occupants.
Le reste du programme global de relogement dans la wilaya d’Alger sera réceptionné et distribué entre 2015 et 2016, selon le directeur de wilaya du logement, Smail Loumi.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email