-- -- -- / -- -- --
Culture

Un premier bilan positif et satisfaisant

Un premier bilan positif et satisfaisant

Durant le mois de ramadhan, la capitale a connu des sommets dans l’animation artistique. Cette année a été marquée par de riches programmes, diversifiés dans les lieux et les genres, faisant illustrer brillamment les traditions du patrimoine et où les artistes ont renoué avec leur public.

Pour les programmes musicaux, de grands efforts ont été déployés par l’Etablissement arts et culture de la wilaya d’Alger, l’Office national de la culture et de l’information, le Palais de la culture, le Bastion 23, la villa Abdeltaif, l’Office de Riadh El Feth, l’Espadon de l’Amirauté et aussi le nouvel Opéra d’Alger.

Les structures de ces organismes culturels ont fonctionné en permanence durant ce mois, mettant à rude épreuve leur personnel qui a eu à assurer le service, chaque jour sans relâche et jusque tard dans la nuit. Ici, il faut leur rendre hommage pour leur engagement et la qualité de l’accueil malgré leur surmenage.

Le confort a été donné par les deux plus belles salles de la capitale, Ibn Khaldoun et le Mouggar, avec des fauteuils haut de gamme et un équipement audiovisuel de dernière génération. 

Ces salles ont accueilli un public de qualité mais chaque fois différend, venu spécialement applaudir leur interprète favori, à l’image de Massi, Behdja Rahal, Rym Hakiki, Lila Borsali, Kara Terki, Abderalmane El Kobbi, Abdelkader Chaou, ou alors des orchestres d’associations musicales. 

Pour ceux qui désiraient le rêve et l’évasion dans la capitale, les jardins de la villa Abdelatif les hauteurs du Hamma offrent une ambiance paradisiaque dans la tradition algéroise.

La belle vue de la capitale la nuit est donnée à l’Espadon qu’il faut rejoindre par bateau. L’Espadon a organisé des soirées chaque jour du ramadhan. L’air marin à profusion entoure tous les spectateurs venus écouter le chaâbi dans les espaces de Tahtahet Ek Fenane, en bas de La Casbah et face à l’Amirauté.

Le Bastion 23 ou Palais des Raïs, aussi face à la mer, a animé toutes les soirées du ramadhan, avec des spectacles inoubliables dans un décor des lumières des mille et une nuits.

Ce grand air est donné également à profusion pour les inconditionnels du grand écran qui ont assisté aux nuits du cinéma, organisées dans les espaces de l’immense Théâtre de verdure en bas de l’hôtel Aurassi, par l’Etablissement arts et culture. Le grand air et les nuits étoilées ont accueilli et accompagné le public du Palais de la culture. 

Le temps doux et clément a été au rendez-vous de toutes ces nuits du mois de Ramadhan dans la capitale, permettant les sorties nocturnes jusqu’à des heures très avancées de la nuit. Le théâtre a figuré dans les programmes artistiques avec des pièces présentées régulièrement au TNA.

D’une manière générale, ces programmes artistiques, qualifiés pour un premier bilan de positifs et de satisfaisants, ont animé d’une façon grandiose la capitale, lui donnant un caractère de fête et une atmosphère de ville vivante, attachée à ses racines et à son patrimoine.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email