Un nouvelle loi sur la greffe des organes en gestation en Algérie – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Un nouvelle loi sur la greffe des organes en gestation en Algérie

Un nouvelle loi sur la greffe des organes en gestation en Algérie

Le vide juridique concernant la greffe d’organes en Algérie serait en phase d’être comblé. Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a fait état ce samedi d’un nouveau projet de loi sur la greffe d’organes sera étudié et soumis prochainement au Conseil du gouvernement pour approbation.

Le ministre, qui s’exprimait lors d’une journée d’évaluation des activités de transplantation d’organes, de tissus et de cellules, a indiqué que l’objectif principal de la réalisation des greffes d’organes et de transplantations reste d’aider les patients, en particulier ceux souffrant d’insuffisance rénale.

«Les patients souffrant d’insuffisance rénale subissent une dialyse trois fois par semaine et ne peuvent pas voyager ou mener une vie normale, et nous visons à les aider», a-t-il ajouté.

M. Benbouzid a fait savoir qu’une fois le nouveau projet promulgué, des opérations de sensibilisation commenceront en partenariat avec les secteurs concernés, notamment celui des affaires religieuses, ainsi qu’avec les professionnels de la presse et des médias et les spécialistes en réanimation et anesthésistes. Ce travail de sensibilisation sera toutefois nécessaire afin de convaincre les individus et leur famille d’accepter le don d’organes.

Dans ce même contexte, le ministre a révélé le lancement de la transplantation d’organes, de cellules et de tissus en 2022, soulignant que le nombre de malades est en augmentation et que l’Algérie doit être inscrite dans la liste des pays intéressés par la transplantation d’organes.

Par ailleurs, le ministre a précisé que ses services visent à sauver le plus grand nombre de malades qui attendent une greffe. En termes de chiffres, le premier responsable du secteur de la santé a révélé que plus de 223 greffes de rein ont été enregistrées au cours de l’année 2021. «Ce chiffre est presque égal à celui enregistré en 2019, car l’apparition du coronavirus et la propagation de cette épidémie a fortement perturber les activités du ministère de la Santé en ce qui concerne le don de rein», a-t-il regretté.

Le ministre de la Santé a également confirmé, concernant les dons du cœur ou du foie, que ce sont les médecins qui décident du prélèvement d’organes chez le cadavre à cœur battant.

D’autre part, le ministre a révélé qu’une rencontre a été organisée avec le ministre des Affaires religieuses, Youssef Belmahdi, et le chef du Haut Conseil islamique, Bouabdallah Gholamallah. Celui-ci a donné son approbation concernant la transplantation d’organes en Algérie, qui sera lancée durant l’année en cours.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email