-- -- -- / -- -- --
Culture

Un moment solennel avec la lecture croisée de l’ouvrage de Djoher Amhis Ouksel

Un moment solennel avec la lecture croisée de l’ouvrage de Djoher Amhis Ouksel

Ce jeudi 3 novembrn, la salle Ali Ali Maachi de la Safex, lieu du Salon international du livre d’Alger était fin prête pour accueillir la journée spéciale Tamazight organisée par le Haut commissariat à l’amazighité.

Les grands axes de cette journée se sont articulées, après l’intervention d’ouverture de M. Si El Hachemi Assad, secrétaire général du Haut commissariat à l’amazighité, sur la présentation des applications informatiques à usage pédagogique, les nouvelles publications dans la littérature, les lexiques et les dictionnaires ainsi que des moments de partage avec des lectures d’œuvres nouvellement traduites.

Le Haut commissariat à l’amazighité manifeste la volonté de vivre avec son temps et de faire usage des dernières avancées en matière des technologies de la communication et de l’information

La matinée de cette journée a été consacrée à des démonstrations des applications informatiques avec la participation de M. Karim Ould Oulhadj , directeur de BMS informatique et M. Massinissa Ould Oulhadj, responsable de recherches D’autre part, de nouveaux lexiques ont vu le jour, celui de Samir El Arifi qui fait état de la situation de Tamazight dans l’Atlas Blidéen ainsi que ceux parus en cette même année 2016 avec pour auteurs Salem Benzaid, Fakihani Tibermacine, Mohamed Ou Remtane Ighit et du dictionnaire des patronymes algériens de Mustapha Tidjet. Par ailleurs, un nombre appréciable de nouveaux titres en tamazight ont été enregistrés cette même année 2016, démontrant le dynamisme très actif caractérisant le rayonnement et la promotion de Tamazight sous l’impulsion du Haut commissariat à l’amazighité.

Cette impulsion n’a jamais été aussi louable et méritoire que depuis ses dernières années où Si El Hachemi Assad est à la tête de cette institution, une personnalité de culture élevée, ami des lettres et des arts. D’immenses avancées ont été réalisées avec une bilan éloquent et ces avancées seront encore plus significatives avec l’officialisation de Tamazight inscrite dans la constitution.

Cette journée a voulu aussi être un espace de partage d’émotions dans le lequel le côté humain joue une grande place. La langue, ce l’est pas seulement cet aspect seulement objectif orienté vers le savoir mais c’est aussi un support précieux de l’âme, des sentiments, du cœur, des passions. Dans cet esprit, des lectures ont eu lieu sur des ouvrages récemment traduits en tamazight.

On citera les lectures de Habib Allah Mansouri sur des passages du livre de Mohamed Sari, ceux de Tahar Boukhenoufa sur le roman de Hamid Grine ayant pour titre la nuit du Henné, les lectures de Mhamed Djellaoui sur un ouvrage ayant pour auteur Azzedine Mihoubi. La lecture croisée qui a touché profondément les cœur, c’est sans nul doute celle exprimée par Djoher Amhis Ouksel et Abdennour Abdesselam.

Djoher Amhis Ouksel a écrit le titre, l’exil et la mémoire, en hommage à Taos Amrouche. ‘’ J’ai pris pour thème ce génie de notre littérature parce que cette auteure semble été oubliée par notre société.

Ce serait que justice que de la replacer dans notre monde des lettres pour son immense talent et son précieux apport pour le rayonnement de notre culture’’ estime Djoher Amhis Ouksel qui a commencé a faire des conférences et écrire sur Taos et Mouhoub Jean Amrouche dès les années quatre vingt dix. Pour l’exil et la mémoire, c’est Abdennour Abdesselam qui en a fait la traduction en Tamazight et c’est Casbah Editions qui l’a publié en septembre de cette année 2016. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email