-- -- -- / -- -- --
Nationale

Un magistrat suspendu pour avoir refusé de juger des manifestants

Un magistrat suspendu pour avoir refusé de juger des manifestants

Un jeune magistrat a été suspendu par le ministère de la justice pour avoir refusé de juger des manifestants arrêtés vendredi 15 mars lors des manifestations contre Bouteflika.
Le jeune magistrat, qui préside le tribunal correctionnel de Sidi M’Hamed, a refusé de juger les jeunes manifestants arrêtés qui appelaient au « départ du système » ; il a été suspendu de ses fonctions. Le departement de Tayeb Louh ne trouva pas mieux que de le sanctionner.

Désigné pour se prononcer sur les cas des individus incarcérés à l’établissement pénitentiaire d’El Harrach, le magistrat a informé ses supérieurs, notamment la présidente du tribunal de Sidi M’Hamed, qu’il ne peut pas juger les manifestants, arguant que toute l’Algérie s’est exprimée non seulement contre un 5e mandat, mais aussi pour le départ du système.
Les avocats du barreau d’Alger et les juges exerçant sous l’autorité de la cour d’Alger organiseront aujourd’hui un sit-in devant l’ancien palais de justice sis à la rue Abane-Ramdane, en signe de protestation contre la décision prise par la tutelle contre un magistrat qui exerce au niveau du tribunal de Sidi M’Hamed.
Il convient de signaler qu’une centaine d’avocats du barreau d’Alger se sont constitués pour défendre le jeune magistrat, car ils estiment que « le concerné a été lésé dans ses droits civils et professionnels pour la simple raison qu’il a refusé de juger et de condamner des manifestants dont la plupart ont été incarcérés arbitrairement et abusivement ».
Ces avocats organiseront également une conférence de presse au siège de la cour d’Alger où plusieurs volets seront débattus lors de cette rencontre. Parmi ces derniers figurent, entre autres, la situation dans le secteur de la justice et l’avis des avocats par rapport à la situation qui prévaut dans le pays.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email