-- -- -- / -- -- --
Nationale

Un important arsenal de guerre récupéré par l’ANP

Un important arsenal de guerre récupéré par l’ANP

Les arsenaux de guerre continuent d’être écoulés sur le sol national, surtout au sud du pays, là où les risques d’un nouvel attentat terroriste similaire à celui du 16 janvier 2013 planent toujours, vu les grandes quantités d’armes découvertes par les forces de l’ANP, et surtout leurs capacités d’atteindre les hélicoptères et les avions de combat.

Un arsenal de guerre, dont 17 « missiles pour hélicoptères » 20 pistolets-mitrailleurs de type kalachnikov, deux fusils automatiques Simonov et 28 grenades ont été saisis par l’Armée nationale populaire (ANP) à Adrar.

Le ministère de la Défense nationale, qui a annoncé hier cette grosse prise, a souligné aussi la récupération d’un panier de lancement de roquettes pour hélicoptères, de 20 chargeurs de munitions pour différents types d’armes automatiques, de 27 détonateurs de grenades et de 200 balles de différents calibres.

Cette opération des forces de l’ANP, qui a eu lieu durant la matinée d’hier, est qualifiée de très haute qualité et parmi les plus importantes réalisées au cours de ces deux dernières années.
En janvier 2015, un détachement de l’Armée nationale avait, rappelons-le, réussi à déjouer une tentative d’introduction d’un arsenal de guerre, lors d’une patrouille de reconnaissance à In Guezzam, près de Tiririne, à la frontière avec le Niger.

L’arsenal découvert dans une cache est composé de 6 pistolets-mitrailleurs de type Kalachnikov, 3 fusils-mitrailleurs de type FMPK, 2 lance-roquettes de type RPG-7 et SPG-9, 2 mortiers de calibre 60 mm, 6 mitrailleuses de calibres 14,5 mm et 12,7 mm, 2 mines anti-groupe, 60 grenades offensives et défensives, 225 kilogrammes de produits explosifs, 45 roquettes de différents calibres et 1 761 balles pour divers armements.

Toujours en janvier 2015, cette fois c’est un détachement de l’Armée nationale populaire relevant du secteur opérationnel d’Adrar (3e Région militaire) qui avait mis en échec une tentative d’introduction d’une importante quantité d’armements et de munitions, dissimulée dans une cache près des frontières.

Cette opération de qualité a permis, rappelons-le, de saisir un (01) lance-missiles de type STRELA, une (01) mitrailleuse 14,5 mm et une autre 12,7 mm, trois (03) pistolets-mitrailleurs de type kalachnikov, deux (02) pistolets-mitrailleurs de type MAT-49, un (01) fusil semi-automatique et trois (03) fusils à répétition », souligne la même source.

D’où proviennent tous ces arsenaux de guerre ?

Les armes de guerre qui sont de plus en plus découvertes par les forces de l’ANP proviennent sans aucun doute de la Libye. Ces quantités d’armes en provenance certainement de l’arsenal libyen pillé après la chute de Kadhafi, estimé par les experts à plus de dix millions d’unités et dont une partie a été introduite dans les pays voisins, notamment en Algérie et au Nord-Mali, seraient destinées, soit à alimenter le marché « du trafic d’armes « , soit carrément aux groupes terroristes qui tenteraient de reprendre du terrain après leur échec à se sanctuariser dans la sous-région.

Mais les experts en questions sécuritaires penchent beaucoup plus sur l’aspect du terrorisme, car la présence de groupes terroristes d’Al Qaïda au Maghreb islamique, du Mujao, d’El Moulathamoune et beaucoup moins de l’Etat Islamique dans la région du Sahel donne lieu à la prolifération de telles quantités d’armes dans cette vaste partie du monde.

Les groupes armés, qui ont tendance à poursuivre leur criminelle besogne pour déstabiliser davantage la région, comptent beaucoup sur les armes laissées par feu El Kadhafi.

L’Algérie, qui demeure la cible privilégiée de ces groupes en raison de l’impact médiatique que provoquent les attentats, est fortement exposée à l’écoulement des arsenaux de guerre sur son large territoire.

Ce qui s’est passé en janvier 2013 en est un exemple. L’attaque perpétrée par le groupe terroriste El Moulathamoune contre la base de vie de Tiguentourine, à In Amenas, peut se reproduire d’autant plus que les groupes armés continuent de tenter d’introduire des arsenaux de guerre sur le sol algérien.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email