-- -- -- / -- -- --
Nationale

Un hommage particulier à Hocine Aït-Ahmed

Un hommage particulier à Hocine Aït-Ahmed

Etat de droit, légitimité populaire, unité nationale et d’autres propos sont les mots répétés à maintes reprises par une multitude d’orateurs et de tribuns, hier, dans l’espace de la salle omnisports du stade du 1er Novembre 1954 de Tizi-Ouzou, à l’occasion du meeting du FFS lequel s’inscrit dans le cadre de la célébration du 53e anniversaire du parti. Lors de cette rencontre, un hommage appuyé a été rendu à Hocine Aït Ahmed.

Du côté du parti, la présence des dirigeants était fortement remarquable puisque à l’exception du Dr Abdelaziz Bahloul, retenu par des raisons indépendantes de sa volonté, les autres membres du Présidium, à savoir Mohand-Amokrane Chérifi, Dr Rachid Hallet, Ali Laskri, Mme Saïda Ichallalène, étaient tous réunis dans cette salle. Les membres de l’Exécutif n’ont pas manqué non plus à l’appel.

Le Premier secrétaire du parti, Abdelmalek Bouchafa, fera d’ailleurs une intervention des plus remarquables. Il va sans dire aussi que les Anciens de 1963 ont été nombreux. Et parmi eux, M’hand Ouzivache, lequel a joui d’un hommage bien particulier, vu son âge avancé et son état de santé qui commence à décliner. C’est le sénateur Moussa Tamardataza, qui fera ébranler la salle le premier avec son discours.
Le Dr Moussa Tamardataza, l’homme qui a été l’un des architectes et préparateurs de cette 53e célébration du parti, commencera son intervention par la récitation du célèbre dixit de feu Hocine Aït-Ahmed : « Nous portons le FFS dans nos cœurs, mais nous y portons encore plus l’Algérie ». 

A cette évocation, l’assistance, déjà chauffée à blanc, se lança davantage dans ce profond sentiment nationaliste provoqué par de pareils moments. Et l’intervenant de poursuivre en rappelant les raisons de la création du FFS, « qui était la réponse pacifique à ceux qui ont confisqué la Révolution de 1954 dès l’année 1962 ». « L’instauration de la démocratie politique et l’Etat de droit sont les deux objectifs principaux que recherche le FFS depuis tant d’années ; et nous poursuivrons notre action militante dans ce sens… », a poursuivi M. Tamardataza qui n’a pas manqué de rendre un vibrant hommage aux Anciens de 1963 et de mettre l’accent sur la véritable dimension du leader disparu, feu Hocine Aït-Ahmed.

Le premier secrétaire fédéral FFS de Tizi-Ouzou, Farid Bouaziz, et le président de l’APW de Tizi-Ouzou, Mohamed Klallèche, l’un après l’autre feront aussi un discours mettant en valeur le FFS à travers ses acquis et ses objectifs ainsi que sa place dans le paysage national. Ces deux intervenants ont déclaré que « le rendez-vous d’aujourd’hui est une réponse à nos adversaires politiques ! »

Quant au premier secrétaire national du parti, Abdelmalek Bouchafa, il mettra l’accent sur la déliquescence du paysage politique. Très prolixe dans son intervention, Abdelmalek Bouchafa déclarera à maintes reprises que la crise algérienne est politique et la solution ne peut être que politique. Le Premier secrétaire national du FFS insistera également sur un point : « le FFS ne peut rester indifférent à la crise que traverse le pays et « ne peut se contenter de rester en dehors du cercle de celles et ceux impliqués dans la recherche d’une solution à la crise ». 
L’intervenant a répété à plusieurs reprises que son parti doit et peut jouer un rôle prépondérant dans la recherche de cette solution, déclarant aussi que la solution définitive ne peut être que l’instauration d’un Etat de droit d’une véritable démocratie. Abdelmalek Bouchafa mettra également l’accent sur l’unité nationale et répétera à maintes reprises que « l’Algérie est une et indivisible ».

Le Premier secrétaire du FFS évoquera aussi la situation économique et sociale actuelle que subit lourdement le simple travailleur puisque son pouvoir d’achat a chuté plus que de raison. La loi de finances 2017 sera sévèrement critiquée par Abdelmalek Bouchafa dès lors qu’elle sera lourde de conséquences pour d’importantes couches d’Algériens. S’agissant de tamazight, le premier secrétaire du FFS a souligné que son officialisation n’est entrée que dans le cadre naturel des choses puisque « c’est notre identité ». Et naturellement, Abdelmalek Bouchafa, à l’instar de ses prédécesseurs dans la prise de parole, mettra en avant les grandes valeurs de son parti et du leader disparu, feu Hocine Aït-Ahmed. 

A noter aussi que les représentants des wilayas d’Oran, Sétif, Ghardaïa, Tindouf, ont fait chacun une déclaration où l’accent a été mis sur les idéaux du FFS et les grandes qualités de feu Hocine Aït-Ahmed. L’intervenant de Ghardaïa a quant à, lui, mis également l’accent sur la nécessité pour les parlementaires du FFS de créer une commission d’enquête pour faire la lumière sur les événements tragiques survenus dans le passé dans la wilaya de Ghardaïa.

Mohand-Amokrane Chérifi est également intervenu lors de cette rencontre. Lors de sa prise de parole, il a insisté sur le grand legs laissé par Hocine Aït-Ahmed à la grande famille du FFS et à l’Algérie, d’où la nécessité de le préserver et de l’enrichir. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email