-- -- -- / -- -- --
Monde

Un groupe de civils emprunte une voie secrète pour fuir Alep-Est

Un groupe de civils emprunte une voie secrète pour fuir Alep-Est

Dix personnes sont parvenues à quitter les quartiers est d’Alep en contournant les couloirs humanitaires, qui sont régulièrement pilonnés. « Cette nuit, nous avons réussi à aider deux familles, de cinq personnes chacune, à sortir d’Alep. Ils ont pu s’enfuir via le quartier Tel al Zuhur », a raconté à Rossiya segodnya une source au sein des milices locales.

Selon les témoins, pour quitter la partie est de la ville, les civils ont emprunté un chemin secret dans le quartier Tel al Zuhur. Ils ont cherché à éviter les couloirs humanitaires, pilonnés par les terroristes.

Les détails concernant le chemin emprunté pour l’évacuation n’ont pas été dévoilés pour des raisons de sécurité. Les combattants du groupe terroriste Front al-Nosra (filiale d’Al-Qaïda) ainsi que leurs alliés dans les rangs des rebelles dits « modérés » continuent à tenir les civils d’Alep-Est en otages.

Les terroristes tirent sur ceux qui tentent de profiter de la trêve humanitaire pour regagner la partie ouest de la ville contrôlée par les forces gouvernementales. Les terroristes utilisent entre 200 et 300 civils comme bouclier humain.

Quand Al Nosra réduit les syriens à l’ère primitve

Alors que qu’al Nosra bloque toute tentative des organisations humanitaires d’aider les habitants d’Alep, des familles entières de réfugiés subissent la famine et dorment dans les rues. Ils n’ont plus de toit, même pas une tente, ni d’auvent… rien pour les protéger. Dans un Alep froid et automnal, où le mercure atteint à peine 12 degrés, des centaines de réfugiés dorment en pleine rue sur des couvertures pliées.

Toutes ces personnes ont fui les régions quotidiennement pilonnées par les terroristes, mais leur vie est toujours en péril : il n’y a rien à manger, rien à boire et nulle part où se protéger du froid. « Ils n’ont pas mangé depuis deux jours, ils ont des nausées, les enfants ont froid, je n’ai plus de vêtements chauds pour eux, je n’ai plus rien que cette couverture », raconte une des réfugiés, interrogée par un correspondent de la chaîne RT.

La situation humanitaire en Syrie s’est considérablement dégradée ces derniers temps. Les autorités n’arrivent plus à la gérer : les écoles et les bâtiments des établissements sociaux sont surpeuplés, les ressources ne permettent plus d’assurer les abris, les repas et l’eau pour des centaines de personnes. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email