-- -- -- / -- -- --
Nationale

Un footballeur de Baraki condamné à 20 ans de réclusion

Un footballeur de Baraki condamné à 20 ans de réclusion

Pour s’être rendu coupable d’homicide volontaire avec préméditation à l’aide d’une arme piquante et tranchante sur la personne de son voisin, le nommé G. Rafik, la trentaine, repris de justice, demeurant à Diar El Baraka de Baraki, a été condamné à vingt ans de réclusion criminelle.

Le verdict a été prononcé, avant- hier, par Mme Gheddar Nadia en sa qualité de présidente du tribunal criminel d’Alger aidée dans sa tâche par Mmes El Annabi Zoulikha et Bediaf Rachida et MM. Taliouine Mustapha et Zoubir Kaddouri, deux membres du jury.

Lors de son passage à la barre, le mis en cause a reconnu avoir assené à sa victime le 14 octobre 2013, soit la veille de l’Aïd El Adha, à 15h35mn en plein cœur du quartier populaire de Baraki et plus précisément au centre de transit de Diar El Baraka, pas moins de quatre coups de couteau à la victime dans différentes parties de son corps, notamment au niveau du thorax et du ventre.

Par contre, il a nié avoir eu l’intention de mettre fin aux jours de son antagoniste. Il a tenu à préciser à la présidente de l’audience que la victime lui avait reproché d’avoir prononcé des grossièretés devant sa mère et sa sœur et qu’au moment où il est allé s’expliquer avec lui, la victime lui avait manqué de respect en lui déclarant : « Tu devrais avoir honte des agissements de ta sœur ! ».

Dans le même contexte, le mis en cause a affirmé : « Une altercation s’en est suivie entre nous suite à quoi des voisins sont intervenus et ont pu apaiser les esprits.

Mais quelques instants plus tard quand je suis ressorti, la victime avait l’intention de m’agresser en me lançant des grosses pierres ; je l’ai poursuivie et lorsqu’elle est tombée par terre je lui ai assené pas moins de quatre coups de couteau. »

Appelé à la barre pour donner sa version des faits, un témoin a indiqué : « Il s’est acharné sur la victime en lui assénant plusieurs coups de couteau. Le mis en cause était dans un état second. Il ne voulait pas arrêter de frapper la victime qui tentait de rester debout. Même étant par terre, Rafik a continué de frapper sa victime… »

Le procureur général qui a requis la réclusion à perpétuité a estimé que toutes les preuves légales et matérielles sont réunies, notamment en ce qui concerne l’intention criminelle qui existait chez l’inculpé. Ce dernier, a ajouté le procureur, « s’est acharné sur sa victime en lui portant plusieurs coups de couteau à des endroits sensibles de son frêle corps ! ».

Les avocats de la défense ont insisté sur l’excuse de la provocation dont a fait l’objet leur client et appelé le tribunal d’être souverain dans son jugement et surtout d’écarter les témoignages rapportés dans l’arrêt de renvoi de la chambre d’accusation de la cour d’Alger.

Ces derniers comptent introduire un pourvoi en cassation à la chambre criminelle de la Cour suprême avant l’expiration du délai pour la révision de la peine prononcée contre leur client, car ils estiment que cette dernière est lourde !

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email