Un échéphile algérien à la conquête du Guinness - Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Sports

Un échéphile algérien à la conquête du Guinness

Un échéphile algérien à la conquête du Guinness
Une première en Algérie

Dans son royaume, il manipule les pions avec une facilité déconcertante. Il a souvent des manœuvres déroutantes. Quand il sollicite un cavalier pour porter l’estocade, ce n’est pas un acte de fou mais un scénario du légendaire Ulysse, le prince athénien embusqué dans le cheval de Troie : Le coup est alors fatal, emportant la reine d’une manière expéditive. Sans sa campagne, le roi est désarmé. En désarroi. Les pièces tombent comme un château de cartes. L’adversaire n’a d’autres choix que d’abdiquer, sonnant le glas. L’échec et mat.

Lyes Yala exécute l’échéance avec panache, sans aucune ostentation. Encore moins avec du sentiment. Certes, il n’aime pas se vautrer dans une tour d’Ivoire. Il reste humble mais avec une ambition de taille en ligne de mire et en diagonale : celle d’accéder, le 22 décembre 2022 à la coupole du complexe du 5 juillet, au gotha restreint des détenteurs de records des parties de jeux d’échecs simultanée au sein de l’ineffable Guiness.
Ingénieur d’état en hydrogéologie, Lyes, âgé de 52 ans, brasse un amour pour le jeu d’échecs depuis sa tendre enfance.

C’est à l’âge de 8 ans qu’il fut contaminé, à son corps défendant, par un cousin féru de ce jeu millénaire né dans les contrées persanes sous l’appellation de «Shatranj ».

« Je voyais mon cousin s’adonner à son hobby et j’étais alors curieux de savoir en quoi consistait ce jeu qu’on pratiquait avec des livres », a affirmé au Jeune Indépendant Lyes Yala les yeux dirigés vers le plafond dans un moment de réminiscence de souvenirs qui l’accompagnent depuis l’enfance.

« Je m’introduisais dans sa chambre pendant les absences de mon cousin pour assouvir ma curiosité et c’est là où je suis devenu fasciné par ce jeu, par les diagrammes, la force pièces », a-t-il dit soulignant, au demeurant avec fierté qu’il a fini par battre son mentor.

Ayant pris conscience de son potentiel, il décide de rejoindre un club. Et c’est au mythique club de l’OMSE-Bologhine qu’il va faire ses preuves en 1987.

Le club, drivé alors par Yahiaoui Abderrahmane, devenu ensuite entraîneur de l’équipe nationale féminine, a vu émerger de ses flans des champions dont Mahfoudh Boudiba, maître international et champion d’Algérie en 1988 ou Abdi Zineb Dina, championne arabe. Le club a lancé en octobre dernier la première académie internationale de jeux d’échecs en Algérie, avec l’objectif de dynamiser la pratique de cette discipline chez les jeunes en lançant des programmes de formation pour les échéphiles, entraîneurs et arbitres.

Yala passera six mois sous la houlette de l’OMSE pour peaufiner son talent et se donner la repartie aux talentueux joueurs du club.
Il rejoint ensuite plusieurs clubs de l’Algérois avant de signer pour la saison 2020-2021 avec le Club force échiquéenne 6 de Béjaïa.

Une ambition à portée de main
 Yala affirme qu’il n’est pas maître international ni grand maître mais soutient qu’il a accumulé des décennies de pratique du jeu et suffisamment d’expérience pour s’en prendre au record du monde des parties simultanées. Une ambition qui lui semble à portée de main.

« Mon objectif est d’effacer l’iranien Ehsan Ghaem-Maghami, détenteur du record des parties simultanées », a encore dit Yala.
Maghami, 38 ans, grand maître depuis 2 000 a battu en février 2011, le record du monde des parties simultanées, enregistré par le Livre Guinness des records, en affrontant 604 adversaires. Il remporte 580 parties, perd 16 et fait huit parties nulles soit 97% du total. Au cours des 25 heures de la simultanée, il parcourt en se déplaçant de table en table une distance totale de 55 kilomètres.

Un record en danger

« Les parties simultanées opposent des grands maîtres contre des amateurs mais ce n’est pas obligatoire car elles sont des parties d’endurance », explique Yala.

« Je compte gagner 600 parties en 25 heures, la condition de Guinness est de remporter 80 % des parties », précise-t-il. Pour homologuer le record, un représentant du Guinness et d’un huissier seront présents.

Or, Yala a déjà disputé des simultanées en Algérie ponctuées par des rendements de plus de 89 %.
Pour se préparer à ce challenge, il décide de se perfectionner à travers des tournois à l’étranger.

Ainsi, il participa à des compétitions à Marrakech (Maroc) en Octobre 2019, en Alexandrie (Egypte) en décembre de la même année et enfin au Caire en février 2020 soit à quelques jours de la fermeture des frontières.
Par ailleurs, il comptait tenir 13 simultanées d’échecs dans douze pays qui lui ont déjà donné leur accord à savoir le Maroc, Gabon, Madagascar, France, Portugal, Ukraine, Luxembourg, Pays-Bas, Indonésie, Cuba, Guatemala et Pérou.

« J’ai entre temps, effectué un tournoi simultané au centre culturel français », a-t-il fait savoir ajoutant qu’il devait participer à une première simultanée à Djakarta en août dernier qui devait être transmis sur cinq chaines de télévision lui avaient assuré les organisateurs mais le coronavirus en a décidé autrement, confie-t-il avec regrets.

En raison de la fermeture des frontières, Yala a dû se lancer dans un télétravail de 12 heures par jour, étudiant minutieusement chaque détail et passant en revue tous les aspects de son défi à résonnance mondiale. Ce télétravail qui a duré 3 mois ayant commencé le 23 avril 2020 ne comportait pas uniquement l’étude minutieuse de chaque détail  de challenge inédit pour un échéphile algérien mais également à engager des contacts avec les différents acteurs de la discipline échecs de par le monde. Ce qui a permis à Yala d’obtenir 13 accords pour l’organisation de parties simultanées entrant dans le cadre des entraînements et de rendez-vous du 22 décembre 2022.

Cette préparation nécessite en parallèle une équipe, selon Yala, qui indique qu’il a eu recours aux services d’un expert international marocain qui va le coacher régulièrement à partir de 2021 pour tout ce qui concerne le jeu.
Il sera aussi entouré d’un préparateur physique, un diététicien et d’un médecin compte tenu du fait qu’il est astreint à un régime alimentaire spécial afin d’éviter la surcharge pondérale dans un rendez-vous basé essentiellement sur l’endurance physique.

Toutefois, sur le plan financier, Yala compte sur beaucoup de donateurs et aspire à réunir le maximum de sponsors lorsqu’il sera debout face à 625 adversaires censés être également pris en charge.
L’évènement, tant attendu dans le milieu mondial des jeux d’échecs, nécessite des dépenses qu’il ne peut concrétiser sans un appui tous azimuts notamment de la part des autorités.
Pour le record du monde, il compte sur son talent, sa résistance et sa bonne étoile qui veille sur lui depuis 44 ans.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email