-- -- -- / -- -- --
Culture

Un Dz’Art diversifié

Un Dz’Art diversifié

Inaugurée ce dimanche 17 avril à l’Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger, l’exposition picturale collective Dz’Art est ouverte toute la semaine au large public.

Initiée par le Charrette club – collectif d’étudiants de l’Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme (EPAU) –, l’exposition comprend aussi bien la peinture que le graphisme, la calligraphie et la photographie.

Cette diversité artistique est inhérente au choix des organisateurs d’asseoir une dynamique dans l’enceinte même de leur université afin de confronter le regard et l’imaginaire de l’architecte à l’univers de l’artiste.

Pour établir des passerelles entre ces deux entités, le collectif a également opté pour l’animation de divers ateliers réservés à tous les étudiants de l’école tout au long de cette semaine artistique algérienne. 

Les intéressés peuvent s’inscrire aux travaux de dessin architectural (encadrement par les trois des meilleurs étudiants de deuxième année), de photographie, de peinture avec l’artiste peintre Kamelia Otmani. Ils ont aussi la possibilité de s’initier à la calligraphie avec et l’artiste urbain et calligraphe Lmnt et ils peuvent même participer à la réalisation de fresques urbaines avec ce dernier. Il y a également l’atelier String Art, un art pour la réalisation de tableaux en fils tendus.

Visible jusqu’au jeudi 21 avril, l’exposition propose notamment une série de portraits de personnalités historiques et/ou artistiques. Le visiteur découvrira entre autres les six dirigeants historiques du Front de libération nationale (FLN), des portraits comme celui du regretté Mohamed Boudiaf, ceux d’El Hadj Mhamed El Anka, El El Hachemi Guerouabi, Dahmane El Harrachi, Kamel Messaouadi, Cheb Hasni ou encore le comédien Athmane Ariouet dans une tentative de pop art intéressante, signée El Moustach.

Ce graphiste et adepte du dessin numérique jouit d’un grand succès en diffusant dans les réseaux sociaux des portraits de figures artistiques comme le chanteur Matoub Lounes, le dramaturge Abdelkader Alloula, l’écrivain et journaliste Tahar Djaout.

D’un autre côté, les deux plasticiennes Majda Benchâabane et Kamelia Otmani invitent à la découverte de leur peinture. Quant à l’architecte et photographe Islem Haouati, connu sous le nom Moul zenqa, il dévoile dans une collection grand tirage les spécificités architecturales des abattoirs d’Alger que le Charrette club de l’Epau a voulu réhabiliter en 2015.

En portant son regard sur ce thème, ce photographe a axé son objectif sur la vocation industrielle de ces abattoirs, ses charpentes métalliques et ses structures. La semaine culturelle de l’école d’architecture sera également par la projection de films, avant la clôture, demain jeudi, par un récital de musique chaâbi. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email